in

Pourquoi Microsoft rachète une partie de la Bourse de Londres

Bourse Londres Microsoft


Pour opérer en tant que plateforme boursière en 2022, l’intelligence artificielle et les outils d’analyse de data deviennent capitaux. La Bourse de Londres a signé un nouveau partenariat avec Microsoft, sur 10 ans, pour profiter de ses technologies, à l’heure où la société a racheté Refinitiv, un prestataire de services de data financière utilisée par plus de 40 000 institutions à travers le monde.

En échange, la société américaine dirigée par Satya Nadella, qui peine à soutenir sa croissance avec son activité historique dans la vente d’ordinateurs, entrera au capital du London Stock Exchange (LSEG) à hauteur de 4 %. Elle profitera d’une partie des recettes des performances boursières des entreprises cotées à la City en laissant à disposition ses technologies de pointe.

L’importance de la data financière

Sans que cela ne saute aux yeux directement, Microsoft vient de racheter une partie de la 308e société la mieux valorisée au monde, avec sa capitalisation de plus de 50 milliards de dollars (chiffres de décembre 2022). C’est aussi une occasion inédite de mettre la main sur le coeur des échanges financiers européens. Une opération qui lui est totalement gagnante : ce sera à la plateforme boursière de payer.

En effet, entre 250 et 300 millions de livres sterling vont devoir être déboursés par LSEG, de 2023 à 2025. Une part de 100 millions de livres sterling correspond à des dépenses d’investissement. Le projet finira par lui rapporter alors que les outils de Microsoft abaisseront considérablement ses dépenses pour augmenter “de manière significative” sa croissance de revenus (5 milliards de livres sterling supplémentaires sur 5 ans). Data, cloud, intelligence artificielle, Microsoft ambitionne de donner des solutions “sur l’ensemble de la chaîne de valeur des marchés financiers”.

Accompagner 40 000 institutions

Les plateformes boursières font partie de ces sociétés à devoir gérer une quantité astronomique de données, dont les mises à jour en temps réel doivent être effectuées le plus rapidement possible. Banques, traders, asset managers, les informations économiques pures se croisent avec des besoins en analyses, outils de collaboration, et bien évidemment dans les ordres à passer sur les marchés.

Le London Stock Exchange possède d’ailleurs Refinitiv depuis l’année dernière, un prestataire de service d’analyse et de data financière, utilisée par plus de 40 000 institutions dans 190 pays. Le partenariat avec Microsoft fait en particulier suite à cette opération de croissance externe réalisée par LSEG.

“Les avancées dans le cloud et l’IA transformeront fondamentalement la manière dont les institutions financières recherchent, interagissent et effectuent des transactions sur toutes les classes d’actifs, et s’adaptent aux conditions changeantes du marché”, déclarait Satya Nadella, le PDG de Microsoft, suite à l’annonce de l’entrée au capital.

“Les pessimistes se concentreront davantage sur les coûts incrémentaux du partenariat que sur le potentiel de synergies, mais ces coûts semblent faibles et l’opération ajoute un partenaire stratégique et un actionnaire crédible qui peut rendre l’offre de Cloud de LSE plus compétitive par rapport à ses concurrents”, se réjouissait pour sa part l’analyste de la banque Citi, Andrew Coombs, cité par Les Echos.

À Wall Street, le cours de Microsoft (+ 2 %) a réagi suite à l’annonce de ce nouveau plan, ouvrant la voie à un tout nouveau marché. L’action LSEG a elle aussi grimpé de 4,3 % lors de la séance du 12 décembre.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le président du conseil d'administration d'UCB démissionne

Le président du conseil d'administration d'UCB démissionne

drôles de candidats pour une drôle d’élection – Jeune Afrique

drôles de candidats pour une drôle d’élection – Jeune Afrique