in

Dirigeants ouest-africains et partenaires européens à Accra pour renforcer la coopération antidjihadiste

Dirigeants ouest-africains et partenaires européens à Accra pour renforcer la coopération antidjihadiste


Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, lors du sommet de l’Initiative d’Accra, le 22 novembre 2022, dans la capitale ghanéenne.

Le sommet entre sept Etats d’Afrique de l’Ouest, membres de l’Initiative d’Accra, et plusieurs dirigeants européens en vue d’accroître leur coopération dans la lutte contre la propagation des violences djihadistes du Sahel vers les côtes du golfe de Guinée, s’est clôturé, mardi soir 22 novembre, sans annonce majeure.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Mali : la France suspend son aide au développement dans un contexte d’isolement croissant de Bamako

Les présidents du Bénin, du Togo, du Ghana, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, ainsi que des dirigeants du Niger et du Mali ont ainsi rencontré à Accra des représentants de l’Union européenne, de la Grande-Bretagne et de la France.

Lancée timidement en 2017, l’Initiative d’Accra vise à intensifier les efforts régionaux pour faire face à la menace croissante des violences djihadistes qui gangrènent le Mali, le Burkina Faso et le Niger, et pourraient s’étendre aux pays côtiers.

Ces derniers mois, l’Initiative a pris une plus grande importance du fait de la multiplication des attaques au Bénin et au Togo, mais aussi parce que leurs partenaires occidentaux cherchent à redéfinir leur stratégie dans la région, au moment où les relations se sont largement dégradées avec la junte malienne, désormais proche de Moscou.

Possibles recrutements locaux

La dégradation de la sécurité au Sahel « menace d’engloutir toute la région de l’Afrique de l’Ouest », a prévenu le président ghanéen Nana Akufo-Addo à l’ouverture de cette réunion. « Les groupes terroristes, enhardis par leur succès apparent dans la région, sont à la recherche de nouveaux terrains d’opération, un développement qui a entraîné une évolution de la menace vers le sud », a-t-il affirmé. « Depuis des années, nous parlons du risque de contagion de la menace terroriste du Sahel aux Etats côtiers, a affirmé le président du Conseil européen, Charles Michel, lors du sommet. Aujourd’hui, ce n’est plus un risque, c’est une réalité. »

A l’issue de ce sommet, les dirigeants ouest-africains n’ont fait aucune annonce majeure, selon le communiqué final transmis à l’AFP. Ils ont cependant noté « les engagements des partenaires » à soutenir l’Initiative d’Accra et « recommandé que des actions concrètes, notamment en termes de financement, soient prises pour soutenir les pays sévèrement touchés par le terrorisme ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Mohamed Bazoum, président du Niger : face aux djihadistes, « la télécommande est entre nos mains, pas entre celles de la France »

Les violences djihadistes au Sahel ont débuté en 2012 au Mali, faisant des milliers de morts et des millions de déplacés. Elles se sont étendues au Burkina Faso et au Niger voisins.

Le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo font désormais face à la menace croissante de combattants du groupe Etat islamique (EI) et d’Al-Qaida, implantés au Niger et au Burkina Faso, et qui multiplient désormais les attaques sur leur territoire. L’inquiétude grandit quant à de possibles recrutements locaux.

Relations détériorées

Ce sommet s’est tenu au moment où plusieurs partenaires ont annoncé le retrait de leurs troupes dans le maintien de la paix au Mali.

Les casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) sont présents depuis 2013, mais les relations de la mission onusienne avec les autorités maliennes se sont détériorées, conduisant à l’annonce du retrait des contingents égyptien, ivoirien et britannique notamment.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’Afrique à l’heure des comptes avec la France

La semaine dernière, le Royaume-Uni a annoncé vouloir « rééquilibrer » son déploiement dans la région, sans donner davantage de détails. Quant au gouvernement allemand, il a déclaré mardi son intention de retirer son contingent de soldat de la Minusma d’ici à mai 2024.

La France a achevé en août le retrait de ses troupes qui opéraient au Mali depuis près de dix ans. Mais Paris, qui déploie encore quelque 3 000 militaires au Sahel, s’est donné six mois pour finaliser sa nouvelle stratégie en Afrique.

Le Monde avec AFP

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

pour Zelensky, les drones iraniens utilisés par Moscou sont un symbole de sa "faillite militaire"

EN DIRECT – Maternité attaquée en Ukraine: Zelensky accuse la Russie de « terreur et meurtre »

Grand Marché: 75 % plus cher qu'ailleurs, mais, non, 6 pommes n'y coûtent pas 12 $

Grand Marché: 75 % plus cher qu’ailleurs, mais, non, 6 pommes n’y coûtent pas 12 $