in

les 3 nouveaux fonds à connaître en 2023

La French Tech


L’heure n’est pas à la fête pour les startups. Chez nos voisins américains, la crise est belle et bien palpable, et si l’on en croit les chiffres de la plateforme Carta, le nombre de levées de fonds, et les montants obtenus sont en chute libre outre-atlantique. Dans ce contexte très difficile, il reste toutefois des raisons d’espérer. Voici donc 3 fonds qui viendront en aide aux jeunes pousses de la Tech françaises en 2023.

Speedinvest

C’est la dernière annonce en date. La société de capital-risque autrichienne Speedinvest vient de confirmer une levée de 500 millions d’euros. Sur ce total, 300 millions d’euros seront consacrés au lancement d’un quatrième fonds d’investissement pour des entreprise innovantes en phase de pré-amorçage, tandis que les 200 millions restants seront réinvestis dans les startups de son portefeuille.

Et la France ne devrait pas être en reste. Comme le rappelle Maddyness, Speedinvest a déjà réalisé 20 investissements dans l’hexagone. Les secteurs d’activité sont très variés, et l’on retrouve de la Deeptech, de la Fintech, des Marketplaces, mais aussi la santé, et le SaaS.

Cité par nos confrères, Oliver Holle, CEO & Managing Partner de Speedinvest, estime que l’année 2022 a été réussie, et se montre optimiste pour la suite : « L’environnement de marché a été moins problématique pour l’amorçage que pour le growth. Au contraire, nous pensons que c’est un bon timing pour investir en seed ou en pré-seed dans les entreprises qui vont se révéler dans les deux prochaines années ».

Il ajoute : « Dans les trois prochaines années, nous prévoyons d’investir dans une centaine de startups et la France devrait représenter une partie importante de ces investissements ».

EQT Ventures III

Le fonds suédois EQT Ventures a fait une annonce fracassante en novembre dernier en dévoilant son nouveau véhicule d’investissement EQT Ventures III doté d’1,1 milliard d’euros. Il est destiné à aider les startups en phase d’amorçage pour les aider à prospérer.

La firme suédoise va donc proposer des tickets allant de 1 à 50 millions d’euros pour soutenir ces jeunes pousses prometteuses. Elle s’adresse principale aux startups à impact. Il faut comprendre par ce terme des sociétés qui recourent aux nouvelles technologies pour répondre à un des grands problèmes contemporains : crise climatique, alimentation…

EQT Ventures a déjà soutenu trois entreprises technologiques tricolores par le passé : l’assurance en ligne Luko, le fabriquant de batteries pour véhicules électriques Vercors, et une troisième qui n’a pas été révélée. Il y a donc fort à parier que, depuis son bureau parisien, la compagnie suivra de près les pépites françaises.

Partech Entrepreneur IV

La société française de capital-risque est déjà bien connue des startups. Elle a récemment annoncé la clôture de son quatrième fonds d’amorçage Partech Entrepreneur IV qui sera doté de 120 millions d’euros.

20 % de ce total sera investi dans des jeunes pousses françaises (le reste en Europe). Des montants situés entre 300 000 et 3 millions d’euros seront alloués à chacun des projets entrepreneuriaux soutenus.

Partech a toujours su se montrer pragmatique dans ses choix par le passé en sachant repérer les startups les plus prometteuses, et ce quels que soient leurs secteurs. Le fonds a ainsi soutenu Alan et Sorare qui évoluent sur des marchés qui n’ont rien en commun.

Comme on peut le voir avec ces trois plans, il reste de bonnes raisons d’entreprendre en 2023. Le gouvernement entend d’ailleurs aller encore plus loin. Il s’était donné pour objectif d’arriver à une valorisation supérieure au milliard d’euros pour 25 startups tricolores d’ici 2025.

L’Exécutif souhaite désormais que dix de ces licornes entrent en Bourse sur cette période. Elles bénéficieront pour cela de l’aide de Bpifrance et de la Caisse des Dépôts qui vont créer une enveloppe dédiée de 800 millions d’euros.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Banijay quitte le capital de l'agence d'influence de Magali Berdah

Banijay quitte le capital de l’agence d’influence de Magali Berdah

Google a aussi son ChatGPT, mais ne veut pas le lancer tout de suite

Google a aussi son ChatGPT, mais ne veut pas le lancer tout de suite