in

The Last of Us : le créateur de la série explique les différences avec le jeu vidéo

The Last of Us : le créateur de la série explique les différences avec le jeu vidéo


Joel (Pedro Pascal) et Ellie (Bella Ramsey) dans la série The Last of Us.

Joel (Pedro Pascal) et Ellie (Bella Ramsey) dans la série The Last of Us.

© HBO

À moins de 10 jours du début de sa diffusion, la série The Last of Us entretient le mystère et sait intelligemment titiller nos attentes. Le co-créateur Craig Mazin a ainsi expliqué que la série s’éloignerait du jeu vidéo sur plusieurs points, et pour de bonnes raisons.

Attention, cet article contient quelques spoilers mineurs sur l’intrigue de la série The Last of Us.

Une épidémie repoussée de 10 ans

Craig Mazin, lauréat de deux Emmy Awards pour l’excellente série Chernobyl (2019), a apporté son expertise des événements apocalyptiques à cette adaptation produite par HBO. Loin d’un simple copier-coller de l’intrigue, il a voulu créer une série qui étend l’univers du jeu vidéo original de Naughty Dog. Une approche qui passe par une multiplication des flashbacks et des points de vue différents sur l’épidémie.

Comme celui, par exemple, de la scientifique qui découvre l’infection fongique qui va décimer l’humanité. Un événement qui n’a pas été montré dans les jeux : « Non seulement c’est effrayant d’entendre la scientifique dire que c’est fini, mais le moment où elle l’accepte, et pouvoir voir le drame sur son visage, est quelque chose d’unique pour cette adaptation, et je suis tellement content que nous puissions le montrer. […] Plus nous pouvons faire en sorte que ce qui se passe autour soit réel, plus le cœur de l’histoire sera réel ».

Pedro Pascal et Bella Ramsey dans la série The Last of Us.

Pedro Pascal et Bella Ramsey dans la série The Last of Us.

© HBO

Autre détail qui diffère avec cette adaptation : la chronologie des événements. Si dans le jeu, l’épidémie débute en 2013 avec une intrigue se déroulant en 2023, Craig Mazin et le co-créateur et co-scénariste Neill Druckmann (également auteur et réalisateur des jeux) ont décidé de repousser le tout de 10 ans. L’épidémie se déclenche ainsi en 2003, et l’intrigue principale de la série se déroule à notre époque, en 2023.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

« Si je regarde une émission en 2023 et qu’elle se déroule en 2043, c’est juste un peu moins réel. […] Il s’agissait simplement d’aider les gens à se connecter un peu plus. […] Ce qui est intéressant, c’est qu’au fur et à mesure que nous avançons dans la série, nous continuons à trouver de nouveaux endroits et de nouvelles reliques de l’ancien monde, revenant à cette ambiance de 2003″, explique Mazin.

Pour rappel, la série The Last of Us raconte l’histoire d’une épidémie provoquée par un champignon et qui a ravagé la civilisation, transformant les humains en « infectés » violents. Vingt années plus tard, le désabusé Joel accepte une mission dangereuse : emmener la jeune Ellie à travers les États-Unis, jusqu’à un lieu sûr.

Une invitation sur le tournage

Pour nous aider à patienter, HBO a aussi dévoilé un making-of de la série, qui est à découvrir ci-dessous :

  • Regardez la featurette « Invitation to Set » :

Avec la fin de l’accord historique entre OCS et HBO le 1er janvier dernier, on ne sait pas encore où la série The Last of Us va être diffusée dans l’Hexagone. Certaines rumeurs indiquent qu’elle pourrait être disponible sur Amazon Prime Video, mais rien n’est certain. Plus d’informations devraient arriver la semaine prochaine.

La première saison de The Last of Us est composée de neuf épisodes, qui seront diffusés toutes les semaines à partir du 15 janvier.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

CES 2023 – Les premières images du film Gran Turismo dévoilées

CES 2023 – Les premières images du film Gran Turismo dévoilées

Comment Bedrock (6play, TF1) cherche sa voie entre Netflix et Disney

Comment Bedrock (6play, TF1) cherche sa voie entre Netflix et Disney