in

lutter contre l’excision, c’est lutter contre le VIH – Jeune Afrique

lutter contre l’excision, c’est lutter contre le VIH – Jeune Afrique


Sali n’avait que 9 ans quand je l’ai rencontrée au cours d’une tournée de sensibilisation dans le nord du Sénégal. Son jeune corps était déjà marqué à vie par l’excision. La tristesse et la colère que j’avais lues dans son regard m’avaient rappelé l’essence de mon engagement, vingt-cinq ans plus tôt, contre les mutilations génitales féminines dans mon pays.

Issue d’une famille d’exciseuses, mon combat pour préserver le corps et la dignité des femmes m’a toujours paru comme une évidence en dépit du rejet et des invectives qu’il m’a valu. « Un combat d’une autre époque ! » me lance-t-on parfois aujourd’hui, tant le développement rapide de notre continent ces dernières années peut laisser croire que ces pratiques n’existent plus.


À Lire


Comment le Mali, le Burkina et le Nigeria luttent contre l’excision

Et pourtant, selon l’Unicef, environ 50 millions de filles risquent de subir des mutilations génitales en Afrique d’ici à 2030. Au Sénégal, près de 2 millions de filles et de jeunes femmes ont subi une mutilation génitale en 2019. La prévalence de ces mutilations chez les jeunes filles de moins de 15 ans est de 16 %.

Risques d’infection accrus

Si ces violences persistent encore, c’est surtout en raison des inégalités entre hommes et femmes dans nos communautés, ainsi que des superstitions et valeurs patriarcales qui cristallisent les fantasmes autour du corps de la femme. En plus d’être une violation extrême de leur dignité et de leur liberté, les mutilations génitales entravent la santé mentale et sexuelle des femmes.


À Lire


Conflits, climat et pandémie : ces crises qui accentuent les violences sexuelles et sexistes

Ces violences augmentent notamment la vulnérabilité des femmes vis-à-vis des infections sexuellement transmissibles telles que le VIH, qui touche deux à six fois plus les femmes que les hommes en Afrique subsaharienne. L’utilisation du même instrument chirurgical sans stérilisation ainsi que les risques accrus de saignement lors des rapports sexuels décuplent les risques d’infection par le VIH chez les victimes. Même la pratique médicalisée des mutilations génitales n’est pas sans risque.

Dans de nombreux cas, les traumatismes et autres conséquences psychologiques résultant de ces violences annihilent la confiance des jeunes filles et leur capacité à imposer l’utilisation du préservatif à leur partenaire. Le souvenir des douleurs intenses et la honte de leur corps, désormais marqué à jamais, les empêchent de recourir aux services de dépistage ou de soins pour les affections ou infections génitales les plus bénignes.

Contraception et accès à l’éducation

Pour une riposte efficace au VIH, il est urgent de redonner aux femmes et aux jeunes filles le contrôle de leur corps, de leur vie et de leur avenir. Comment accepter qu’aujourd’hui encore 93 % de femmes au Sénégal n’ont pas la liberté de prendre leurs propres décisions en matière de santé, de contraception ou simplement de choisir quand et comment avoir des rapports sexuels avec leur partenaire ? Tant que ces inégalités persisteront, que les mutilations génitales perdureront et que les femmes seront réduites au silence en ce qui concerne leur corps et leur sexualité, l’élimination du VIH restera hélas un vœu pieux…


À Lire


Fatimata Sy : « Notre objectif d’amener un million de femmes d’Afrique de l’Ouest à la contraception a été largement atteint »

Des organisations telles que le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme aident les femmes et les filles à faire valoir leurs droits en matière de santé sexuelle et procréative. Cela passe par des programmes d’autonomisation et d’accès à l’éducation, et par des actions visant à éliminer les obstacles liés au genre qui freinent l’accès aux services de santé. Au Sénégal, des centaines de jeunes filles de 13 à 18 ans ont ainsi pu bénéficier d’un accompagnement en matière de santé sexuelle grâce à l’initiative « Voix Essentielles » lancée au mois de juillet 2021 par Speak Up Africa et soutenue par le Fonds mondial.


À Lire


Du Covid au VIH : John Nkengasong, « héros » des pandémies modernes

Ces adolescentes exposées à une sexualité précoce, le plus souvent avec des personnes adultes, sont désormais plus fortes, mieux à même d’éviter les pratiques sexuelles à risque et de prendre en main leur santé. Ces programmes en faveur des femmes et des filles doivent être soutenus, étendus et renforcés par les gouvernements, les agences internationales, les entreprises et la société civile. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons lutter efficacement contre les violences basées sur le genre et espérer, enfin, en finir avec le sida.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

« Les entreprises françaises doivent faire leur part contre la déforestation au Brésil »

« Les entreprises françaises doivent faire leur part contre la déforestation au Brésil »

Trafic moins dense qu’anticipé pour entrer sur l’île de Montréal

Le tunnel La Fontaine fermé vers Montréal durant la nuit de jeudi à vendredi