in

Libération d’un otage allemand détenu au Sahel depuis 2018

Libération d'un otage allemand détenu au Sahel depuis 2018



Publié le :

L’humanitaire allemand Jörg Lange, âgé de 63 ans, a été libéré samedi après avoir été otage pendant quatre ans et demi au Sahel, a annoncé samedi son ONG, Help. 

« Nous sommes très soulagés et reconnaissants que notre collègue, après plus de quatre ans et demi, puisse retourner auprès de sa famille », a réagi samedi 10 décembre la directrice générale de l’ONG Help, Bianca Kaltschmitt, dans un communiqué, après l’annonce de la libération de Jörg Lang, un humanitaire allemand otage au Sahel depuis 2018.

L’ONG « remercie vivement toutes les personnes qui ont contribué à cette libération ou qui l’ont soutenue, en particulier la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères, la police criminelle, ainsi que les autorités et des amis au Mali, au Niger et dans les pays voisins ».

D’après l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, c’est grâce aux services secrets marocains et à leurs contacts avec des groupes jihadistes dans le Sahel que cette libération a pu avoir lieu. Selon le journal, s’appuyant sur des « sources sécuritaires », Jörg Lange « se porte bien, compte tenu des circonstances ». Il aurait été rapatrié en Allemagne à bord d’un avion de l’armée.

Quatre otages occidentaux encore détenus au Sahel

Jörg Lange avait été enlevé le 11 avril 2018 dans l’ouest du Niger par des hommes armés à moto près d’Ayorou, dans une région frontalière du Mali en proie à des attaques jihadistes récurrentes. Son chauffeur nigérien avait été libéré peu de temps après.

Selon la presse allemande, Jörg Lange aurait été vendu après son enlèvement au groupe jihadiste « État islamique dans le Grand Sahara » (EIGS). Ces ravisseurs avaient exigé une rançon d’un montant à sept chiffres et envoyé plusieurs vidéos de l’humanitaire, dans lesquelles il appelait le gouvernement allemand à ne pas faire trainer les négociations.

Selon Der Spiegel, Berlin avait envisagé de le faire libérer par une unité d’élite de la Bundeswehr, les forces spéciales de la KSK, mais y avait renoncé en raison des risques trop grands d’une telle opération.

Au moins quatre otages occidentaux sont encore détenus au Sahel, selon un décompte ne recouvrant que les cas rendus publics par leur entourage ou leur gouvernement : le Français Olivier Dubois, enlevé le 5 mai 2021, l’Américain Jeffery Woodke (14 octobre 2016), l’Australien Arthur Kenneth Elliott (15 janvier 2016) et le Roumain Iulian Ghergut (4 avril 2015).

Un autre Allemand, le père Hans-Joachim Lohre, dont on est sans nouvelles depuis fin novembre est largement considéré comme ayant été enlevé, bien qu’aucune revendication n’ait été rapportée. Ce prêtre catholique devait célébrer la messe dans un quartier de Bamako mais avait disparu dans la soirée, un probable rapt à caractère exceptionnel dans la capitale malienne. 

Les violences jihadistes au Sahel ont débuté en 2012 au Mali, faisant des milliers de morts et des millions de déplacés. Elles se sont étendues au Burkina Faso et au Niger voisins et menacent désormais les États du golfe de Guinée.

Cette grave crise sécuritaire entraîne des violences en tous genres, dont les kidnappings sont un des aspects, qu’il s’agisse d’étrangers ou de locaux. Les motivations, idéologiques ou crapuleuses, vont de la demande de rançon à l’acte de représailles en passant par la volonté de marchandage.

La France a achevé en août le retrait de ses troupes qui opéraient au Mali depuis près de dix ans. Mais Paris, qui déploie encore quelque 3 000 militaires au Sahel, s’est donné six mois pour finaliser sa nouvelle stratégie en Afrique.

Avec AFP

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

La Belgique risque de manquer de gaz cet hiver

Risque de pénurie de gaz cet hiver? “Il n’y a pas le moindre problème”, dément Fluxys

Plusieurs stations de métro fermées: Bruxelles se prépare au match Maroc - Portugal

Plusieurs stations de métro fermées: Bruxelles se prépare au match Maroc – Portugal