in

Le Pakistan redécouvre la civilisation du Gandhara



Au XIXe siècle, la traduction de récits de voyage de pèlerins chinois a permis la redécouverte d’une civilisation mystérieuse, le Gandhara, qui avait été oubliée pendant neuf siècles. Cette civilisation tire son nom d’une région située dans le nord-ouest de l’actuel Pakistan, proche de la frontière afghane. Aujourd’hui, la redécouverte du Gandhara se fait grâce aux vestiges archéologiques et artistiques.

Les premières mentions de cette région datent de l’Empire achéménide et la décrivent comme une province semi-montagneuse à la frontière orientale de cet empire. Située sur la route de la soie reliant l’Asie centrale au sous-continent indien, la région avait une position géographique stratégique. Au cours des siècles, la civilisation du Gandhara est devenue un creuset de cultures helléniques, perses et indiennes, grâce notamment aux conquêtes d’Alexandre le Grand et à son rattachement à l’Empire maurya sous le règne d’Ashoka.

C’est au IIIe siècle av. J.-C., sous l’impulsion d’Ashoka, que la région s’est convertie au bouddhisme. Rapidement, le Gandhara est devenu un haut lieu de développement et de diffusion de cette religion en Asie. Au fil du temps, plus de 1 400 stupas (sépultures renfermant des reliques de moines) et monastères ont fleuri dans la région, et une université a été fondée à Taxila, ville située à une trentaine de kilomètres d’Islamabad. Selon l’archéologue français Alfred Foucher, cette région est “la deuxième terre sainte du bouddhisme indien”.

Aujourd’hui, le Gandhara est devenue une attraction touristique majeure pour le Pakistan. En effet, le pays cherche à redorer son image et à se positionner comme une destination intéressante pour les visiteurs étrangers. Les vestiges archéologiques et artistiques de cette civilisation méconnue sont un argument de poids pour attirer les touristes.

En somme, la redécouverte de la civilisation du Gandhara est un sujet qui passionne les archéologues et les historiens depuis le XIXe siècle. Les vestiges qui ont été découverts permettent de mieux comprendre cette région du Pakistan, en particulier son rôle dans la diffusion du bouddhisme en Asie. Aujourd’hui, le Gandhara est devenu un atout touristique majeur pour le pays et suscite l’intérêt des visiteurs étrangers.

Written by Rudolf Karken

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Macron impose le 49.3: les Français déchaînent leur colère

Une écolière russe dessine un dessin contre l’invasion ukrainienne et est forcée de rejoindre un orphelinat. #Censure #Russie