in

Deuxième décès dû au Mpox en Afrique du Sud, annonce le Ministre de la Santé Joe Phaahla.

MPOX EN AFRIQUE DU SUD : DEUXIÈME DÉCÈS, SELON LE MINISTRE DE LA SANTÉ JOE PHAAHLA

En Afrique du Sud, la maladie connue sous le nom de Mpox, anciennement appelée monkeypox, a récemment fait parler d’elle. En effet, le ministre de la Santé Joe Phaahla a déclaré qu’une deuxième personne était décédée des suites de cette infection virale. Les cas diagnostiqués concernaient des hommes âgés entre 30 et 39 ans, n’ayant pas voyagé dans des pays touchés par une épidémie, ce qui laisse penser que la maladie se propage localement.

SYMPTÔMES INITIAUX ET TRANSMISSION DE LA MPOX

Les premiers symptômes de la Mpox incluent de la fièvre, des maux de tête, des gonflements, des douleurs dorsales, des courbatures, pouvant évoluer en éruption cutanée. Cette infection virale se transmet principalement par contact étroit avec une personne infectée, ce qui rend la maladie particulièrement préoccupante.

SITUATION DE CRISE MONDIALE

En 2022, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré une urgence de santé publique en raison d’une épidémie de Mpox. Bien que cette situation ait pris fin l’année dernière, des cas sporadiques continuent d’être signalés dans certaines régions. Selon M. Phaahla, il est crucial de prendre au sérieux les symptômes suspects et de consulter un professionnel de santé pour une évaluation adéquate.

LES RISQUES POUR LES PERSONNES VULNÉRABLES

Les six patients diagnostiqués présentaient des déficiences immunitaires préexistantes et auraient contracté la maladie depuis le début du mois de mai. Cette situation souligne l’importance de protéger les personnes vulnérables contre les maladies infectieuses.

ÉVOLUTION DE LA SITUATION

Depuis 2022, le virus de la Mpox a été signalé dans plus de 100 pays à travers le monde. Actuellement, deux des personnes infectées ont pu regagner leur domicile, tandis que deux autres demeurent hospitalisées pour des soins intensifs. Toute personne ayant été en contact avec un patient décédé sera surveillée pendant une période de 21 jours dans le cadre des mesures de précaution.

HISTORIQUE DE LA MALADIE

Le premier cas humain de Mpox a été signalé en République démocratique du Congo en 1970, où la maladie demeure endémique à ce jour, selon l’Organisation mondiale de la Santé. Ce rappel de l’histoire de la maladie met en lumière la nécessité de rester vigilant face à ce type de menace pour la santé publique.

Pour plus d’informations, consultez le site officiel de l’Organisation mondiale de la Santé : Site de l’OMS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guerre en Ukraine : pourquoi Berlin refuse de livrer les missiles Taurus ?

Guerre en Ukraine : pourquoi Berlin refuse de livrer les missiles Taurus ?

Le nombre de personnes déplacées dans le monde augmente encore et dépasse les 120 millions

La population de personnes déplacées dans le monde continue d’augmenter, dépassant maintenant les 120 millions.