in

« Le temps est avec l’équipe du Maroc. Les peuples arabes et africains sont avec elle »

dans les rues de Casablanca, l’euphorie des Marocains après la victoire historique de leur équipe face au Portugal


Dans ma vie, j’aurais vécu deux moments historiques d’une importance primordiale : le retour du roi Mohammed V (1909-1961), c’était le 16 novembre 1956 (retour qui a conduit à l’indépendance du Maroc), et la qualification, le 10 décembre, des Lions de l’Atlas pour la demi-finale de la Coupe du monde de football. Deux événements qui n’ont rien à voir entre eux mais qui ont produit un effet exceptionnel sur l’ensemble du peuple marocain. Des foules euphoriques, drapeaux dans le vent, hommes, femmes et enfants mélangés dans une joie commune, dans une fête spontanée, sincère et vive.

Dimanche soir, je suis allé avec des amis sur la corniche de Casablanca. Nous étions à pied, tenant entre nos mains le drapeau marocain, fous de bonheur, nos larmes heureuses coulaient, et notre fierté nous donnait une énergie qu’on ne pouvait pas soupçonner.

Moi qui ne suis pas un fan du football, me voilà englué dans un phénomène qui dépasse l’entendement. J’ai regardé les quatre matchs que le Maroc a joués. Une passion que je ne me connaissais pas. Le cœur serré, les nerfs à bout, la tension extrême, le regard obnubilé par l’écran, je suis devenu quelqu’un d’autre. J’ai appris par cœur le nom des joueurs. La plupart jouent dans des équipes européennes. Certains sont issus des quartiers populaires de Casablanca comme Atyat Allah, Jawad El Yamiq, Achraf Dari, Yahya Jabrane et Azzedine Ounahi. Quelques-uns ont suivi la formation de l’académie Mohammed VI.

Des symboles pleuvent dans les médias

Je sais tout de la vie du sélectionneur, Walid Regragui. Sa mère, femme de ménage à Orly. Lui jouant dans de petites équipes. Un homme modeste qui croit à l’effort et au travail bien fait. Il n’aime évoquer ni la chance ni le hasard. Seules la rigueur du travail et la persévérance comptent pour lui. Il a appliqué cette méthode avec exigence aux Lions de l’Atlas.

J’avoue avoir eu du mal à le croire, à voir cette foule magnifique marcher dans les grandes avenues de cette corniche devenue pour un soir piétonne, nous nous sommes rendu compte que ce que nous avions vu sur les écrans de la télé était une réalité : le Maroc qualifié pour jouer la demi-finale. Plus tard dans la soirée, on apprendra que ce sera contre la France.

Des symboles de toutes sortes pleuvent dans les médias. Certains journalistes évoquent la crise actuelle entre les deux pays et la possibilité de la dépasser grâce au football. Pendant que je regardais avec mes amis le match France-Angleterre, j’étais dans une autre tension. Je voulais que la France gagne et je redoutais qu’elle se trouve face à mon autre pays, le Maroc.

Il vous reste 60.6% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Un “virus circule” parmi les accusés, les jurés et la magistrature: le procès à nouveau ajourné?

Un “virus circule” parmi les accusés, les jurés et la magistrature: le procès à nouveau ajourné?

Deal inédit à 20 millions entre Bruxelles et le fédéral: “Il remet un peu de justice”

Deal inédit à 20 millions entre Bruxelles et le fédéral: “Il remet un peu de justice”