in

Azzedine Ounahi, la révélation des Lions de l’Atlas

Azzedine Ounahi, la révélation des Lions de l’Atlas


Azzedine Ounahi applaudi par son sélectionneur Walid Regragui, après un énième effort, lors du huitième de finale du Mondial 2022 remporté face à l’Espagne, au stade Education City d’Al-Rayyan, le 6 décembre.

Luis Enrique n’est pas du genre à jouer les mauvais perdants. Défait en huitièmes de finale de la Coupe du monde par le Maroc (0-0, 3-0 aux tirs au but), le désormais ex-sélectionneur espagnol – et « streameur » à ses heures sur la plateforme Twitch – a couvert d’éloges un joueur de l’équipe adverse en particulier. « J’ai été agréablement surpris par le numéro 8. Je ne me rappelle plus son nom, j’en suis désolé. Mon Dieu, mais d’où vient ce garçon ? Il a très bien joué. » Par son activité, le numéro 8 en question, Azzedine Ounahi, avait mis sous l’éteignoir sa paire de milieux de terrain Gavi-Pedri, souvent présentés comme les successeurs du duo doré Xavi-Iniesta.

Prochains adversaires des Lions de l’Atlas, en quarts de finale du Mondial qatari, samedi 10 décembre (16 heures, heure métropolitaine), le Portugal et son quartet de milieux créatifs se seront à coup sûr penchés sur Ounahi, l’une des révélations du tournoi, du moins aux yeux de certains observateurs – y compris les plus pointus – qui semblent découvrir au Qatar le potentiel du collectif marocain. Une équipe qui pourrait, en cas de victoire, devenir la première représentante d’un pays africain à se hisser dans le dernier carré d’un Mondial de football.

Dans le stade d’Education City, situé en plein quartier universitaire de la périphérie de Doha, le Marocain de 22 ans s’est improvisé maître de conférences devant la Roja. Au poste de milieu relayeur droit, le joueur du SCO d’Angers a donné une leçon de football à un onze espagnol enfermé dans le jeu de possession, stérile ce soir-là, prôné par leur sélectionneur – plus de 1 000 passes effectuées durant la partie, pour un seul tir cadré. Par son activité incessante (14,71 kilomètres parcourus en 119 minutes) et son abattage (32 passes réussies et 9 ballons récupérés), ledit « garçon » a grandement œuvré au dérèglement de la mécanique espagnole.

Passé par Strasbourg et Avranches

Pendant les prolongations, c’est encore Azzedine Ounahi qui s’en allait semer la zizanie dans le camp adverse pour lancer son coéquipier Walid Cheddira face au but, à la 104e minute. « Sa force, c’est que sur la fin de match, les joueurs avaient de moins en moins d’énergie. Lui en avait encore pour s’immiscer une ou deux fois dans la surface, analyse pour Le Monde son ancien entraîneur à Avranches (Manche) Frédéric Reculeau. Ça ne m’étonne pas. C’est un garçon qui a besoin de s’exprimer par son volume de jeu. En match, il explosait tous les scores au niveau des données GPS. »

Cinquième joueur le plus sollicité depuis le début du Mondial par le sélectionneur marocain, Walid Regragui, derrière le capitaine Romain Saiss et les intouchables Achraf Hakimi, Hakim Ziyech et Sofyan Amrabat, Azzedine Ounahi a gagné ses galons chez les Lions de l’Atlas. Une confirmation express pour un joueur qui a honoré sa première cape en janvier 2022, et évoluait encore il y a un an et demi en National, la troisième division du football français.

Il vous reste 52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le financement du tram liégeois suspendu: le constructeur se veut rassurant

Le financement du tram liégeois suspendu: le constructeur se veut rassurant

La Belgique risque de manquer de gaz cet hiver

Risque de pénurie de gaz cet hiver? “Il n’y a pas le moindre problème”, dément Fluxys