in

Audiovisuel et écologie : une centaine de producteurs français s’engagent avec le label Ecoprod

Audiovisuel et écologie : une centaine de producteurs français s'engagent avec le label Ecoprod



Quand on sait que jusqu’à 50 % du bilan carbone de Netflix serait imputable à la création de ses contenus (tournages et post-production), on comprend mieux pourquoi la pression est mise sur l’impact environnemental du secteur audiovisuel. Afin d’améliorer leur bilan en la matière, 106 entreprises du secteur — dont les géants TF1, M6, Canal+ et France TV, mais aussi Banijay, Newen et Mediawan — s’engagent à respecter un cahier des charges d’écoproduction, et ce dès 2023.

Membres de l’association Ecoprod, toutes s’engagent à mener une réflexion sur l’impact de leurs métiers, et plus particulièrement des tournages, dont le bilan carbone est tout sauf anecdotique, entre déplacements et hébergement des équipes et acteurs aux quatre coins du monde.

« Un producteur qui investit dans un film a tout de suite en tête les questions budgétaires. Il faudrait désormais qu’il ait aussi une idée de l’impact environnemental, qu’il mette des lunettes vertes, pas seulement des lunettes financières », déclare la déléguée générale d’Ecoprod, Pervenche Beurier, dont les mots sont repris par Les Echos.

Une centaine de critères pris en compte

Aiguillés dans la bonne direction, les équipes de production qui s’y soumettront devront remplir un formulaire leur permettant de chiffrer, au fil d’une grille prenant en compte des dizaines de paramètres, l’impact global de leurs projets sur l’environnement. La démarche va donc au-delà du simple calcul du coût en équivalent CO2 d’un film ou d’un épisode de série, puisque seront abordés des points pratiques comme l’utilisation d’éclairages Led, le tri des déchets ou encore le recours à des blocs électrogènes « verts », mais aussi des notions plus théoriques comme la formation des équipes de production aux écogestes.

Au terme de ce long questionnaire, il sera nécessaire d’obtenir au moins 65 % des points pour prétendre au label Ecoprod. Pour l’heure, il s’agit d’une initiative qui ne comprend aucune obligation contraignante, mais on se doute que certaines aides ou l’intérêt d’annonceurs engagés pour la transition écologique pourraient être conditionnés à l’obtention dudit label, « qui permet également de valoriser le travail et les efforts des équipes », assure Ecoprod.

Et même sans obtenir le label au départ, les entités de production engagées dans le processus auront ainsi une idée des points sur lesquels elles peuvent s’améliorer.

En parallèle, Ecoprod fait actuellement homologuer par le CNC une calculette carbone à destination du secteur audiovisuel. Un outil qui sera bien utile aux producteurs dans la mesure où, à compter du 31 mars 2023, toute demande de financement adressée au CNC devra être accompagnée d’une projection de son bilan carbone.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Dyson Zone avec Benoit, le récap tech de l'année avec Crono TK et JB et qu'attendre en 2023 ? La Quotidienne des Nums [28/12/2022]

Dyson Zone avec Benoit, le récap tech de l’année avec Crono TK et JB et qu’attendre en 2023 ? La Quotidienne des Nums [28/12/2022]

La Poste : au 1er janvier 2023, le timbre rouge va disparaître au profit de la “e-lettre”

La Poste : au 1er janvier 2023, le timbre rouge va disparaître au profit de la “e-lettre”