in

quand le but refusé à Antoine Griezmann anime la soirée des Bleus et de TF1

quand le but refusé à Antoine Griezmann anime la soirée des Bleus et de TF1


Antoine Griezmann discute avec l’arbitre néo-zélandais, Matthew Conger (au centre) et ses assistants après son but refusé contre la Tunisie, mercredi 30 novembre 2022, à Al-Rayyan (Qatar).

Dans le fond, ce 43e but de la carrière internationale d’Antoine Griezmann n’aurait rien changé au sens d’un match autant sacrifié que raté, rien changé pour des Bleus déjà qualifiés avant le coup d’envoi pour la suite de cette Coupe du monde 2022 au Qatar. Pourtant, il a réussi à animer les discussions, mercredi 30 novembre au stade Education City, à Al-Rayyan. Il a surtout provoqué une énième polémique concernant l’utilisation de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), à défaut d’empêcher une défaite des Bleus contre la Tunisie (0-1) lors de ce dernier match du groupe D.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés France-Tunisie : rendez-vous manqué pour l’équipe de remplaçants promue par Didier Deschamps

« Les arbitres font des choix, il faut accepter. On a été assez gentil parce qu’on était déjà qualifié, on ne s’est pas trop énervé », a observé le buteur frustré mais relativement calme après la rencontre. « Gentil », mais pas décidé non plus à renoncer à faire valoir son bon droit. Dans la nuit de mercredi à jeudi, la Fédération française de football a ainsi rédigé une réclamation pour un but « refusé à tort ». L’objet ne porte pas sur le fond de l’action : à savoir le fait que « Grizou » ait pu profiter ou non de sa position de hors-jeu passive au départ de l’action avant de recevoir un ballon dévié par le défenseur tunisien, Montassar Talbi.

Le jeu avait repris

En réalité, il existe presque autant d’interprétations que d’arbitres. Celui de la rencontre, le Néo-Zélandais Matthew Conger, a jugé que oui, Griezmann était bien hors-jeu, mais seulement dans un second temps. Dans un premier, il avait accordé le but, et, c’est là l’objet du litige, le jeu a repris après que les Tunisiens ont effectué l’engagement. L’arbitre a ensuite sifflé la fin du match avant d’être interpellé par l’assistance vidéo et d’invalider le but.

Lire aussi : Le hors-jeu en football, c’est quoi cette affaire ?

La subtilité n’a pas échappé à Didier Deschamps. « Je suis allé voir l’arbitre, je ne l’ai pas senti très à l’aise. (…) Je suis en attente d’une réponse sur le règlement. L’arbitre a sifflé le coup d’envoi [après le but français] et la fin du match. Est-ce qu’il a droit de revenir ? J’ai discuté avec lui. Je lui ai demandé. Je suis en attente d’une réponse », a avancé le sélectionneur en conférence de presse.

Selon une source arbitrale interrogée par l’AFP, cette situation ne figure pas dans le protocole de la VAR. « Dès lors que le coup d’envoi a été donné, alors il est impossible de revenir à la situation de hors-jeu », explique-t-elle. Selon le protocole de l’assistance vidéo consulté par l’agence « si le jeu a repris après avoir été arrêté, l’arbitre ne peut effectuer une analyse [avec l’appui de la vidéo], sauf en cas d’identité erronée ou en cas d’infraction passible d’exclusion telle qu’un comportement violent, crachat, morsure, et/ou propos ou actes blessants, grossiers ou injurieux. »

Il vous reste 36.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Panasonic, Sennheiser, Philips... les meilleurs bons plans du 16/09/2022

Top 5 : Roccat, ProtonVPN (2021), Hobot… les meilleurs bons plans du 01/12/2022

Impôt minimal de 15%: cantons et Confédération se disputent la manne - rts.ch

Impôt minimal de 15%: cantons et Confédération se disputent la manne – rts.ch