« Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

1 week ago 74
« Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage
 In the middle - Shalev Hulio the CEO of NSO Group. Immediately upon the outbreak of the corona epidemic in the world, Israeli high-tech company NSO, which specializes in creating life-saving technology solutions, recruited the best minds in the company alongside epidemiologists and other experts and was able to develop at top speed an innovative technological system to help eradicate the spread of the epidemic. The company has been able to produce an innovative analytics system to assist decision makers in managing the spread of the epidemic alongside managing the return of the economy to normal. All this without compromising privacy. The company has provided the system, named Fleming, to several countries and receives very positive feedback from its operation by the states. (Ziv Koren/Polaris) ZIV KOREN / POLARIS / STARFACE

« Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

Par et

Publié aujourd’hui à 05h59, mis à jour à 06h08

Réservé à nos abonnés

EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

Vu de l’extérieur, le téléphone semble parfaitement normal. Les notifications éclairent l’écran, tandis que les échanges s’empilent dans les applications de messagerie. Les appels sont parfaitement audibles, la navigation sur Internet est fluide et l’appareil photo fonctionne. Rien ne permet de deviner qu’un logiciel espion ultrasophistiqué est en train, subrepticement, de s’introduire dans le téléphone pour en prendre le contrôle. Cette discrétion est le principal avantage d’une arme numérique d’un nouveau genre, un logiciel espion nommé Pegasus.

Le consortium de journalistes Forbidden Stories et Amnesty International ont pu consulter plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles de ce programme malveillant, pour le compte de plusieurs Etats, et l’ont partagé à seize médias, dont Le Monde. Parmi ces cibles, ce ne sont pas les membres de groupes terroristes ou d’organisations criminelles qui dominent, mais des avocats, des journalistes, des activistes, sans compter des chefs d’Etat, des diplomates et des hauts responsables de services de renseignement, issus de cinquante pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

Une fois inséré dans un smartphone, que ce soit un iPhone ou un Android, Pegasus ne permet pas seulement d’écouter les appels passés et reçus par les téléphones qu’il infecte. A l’époque des messageries chiffrées, les écoutes téléphoniques n’offrent qu’un intérêt relatif. Le logiciel va beaucoup plus loin, en permettant d’absorber tout le contenu d’un téléphone : photos, courriels, contacts, SMS, et même les messages échangés par le biais d’applications sécurisées telles que Signal ou WhatsApp. Il dispose par ailleurs de quelques fonctionnalités à la James Bond, comme la possibilité d’activer, à distance, le micro du téléphone.

Contrairement à la plupart des outils de cybersurveillance, Pegasus n’a été conçu ni par un pirate informatique isolé ni par des agents d’un service d’espionnage russe, américain ou chinois. Il s’agit du produit-phare d’une entreprise privée, NSO Group, que cette dernière a déjà vendu à une quarantaine d’Etats dans le monde. Cette société israélienne – l’enquête menée par Le Monde et Forbidden Stories démontre qu’elle a mis entre les mains d’Etats peu scrupuleux un outil corrosif pour les droits de l’homme –, s’est imposée en quelques années comme la figure de proue de la très secrète industrie de la surveillance numérique.

Hackeurs d’élite

NSO, c’est avant tout l’histoire de « N », de « S », et de « O », pour Niv Carmi, Shalev Hulio et Omri Lavie, ses trois cofondateurs. Lorsqu’ils créent l’entreprise, en 2009, ils sont bien loin de la surveillance numérique. Leur start-up développe une technologie capable de reconnaître des objets dans une vidéo et de proposer au spectateur un lien pour les acheter.

Il vous reste 86.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Continuer à lire ici

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Pourquoi voyez-vous ce message ?
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

La suite est réservée aux abonnés.
Voir plus

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

Dans la même rubrique

Les abonnés lisent aussi...

Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.

Pourquoi voyez-vous ce message ?

Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.

Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

Déjà abonné?

Rubriques Opinions M le Mag Culture Services Sites du Groupe Recevoir les newsletters du Monde S’abonner Consulter le Journal du jour Évenements abonnés Le Monde Festival La boutique du Monde
« Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage « Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage
 In the middle - Shalev Hulio the CEO of NSO Group. Immediately upon the outbreak of the corona epidemic in the world, Israeli high-tech company NSO, which specializes in creating life-saving technology solutions, recruited the best minds in the company alongside epidemiologists and other experts and was able to develop at top speed an innovative technological system to help eradicate the spread of the epidemic. The company has been able to produce an innovative analytics system to assist decision makers in managing the spread of the epidemic alongside managing the return of the economy to normal. All this without compromising privacy. The company has provided the system, named Fleming, to several countries and receives very positive feedback from its operation by the states. (Ziv Koren/Polaris) ZIV KOREN / POLARIS / STARFACE

« Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

Par et

Publié aujourd’hui à 05h59, mis à jour à 06h08

Réservé à nos abonnés

EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

Vu de l’extérieur, le téléphone semble parfaitement normal. Les notifications éclairent l’écran, tandis que les échanges s’empilent dans les applications de messagerie. Les appels sont parfaitement audibles, la navigation sur Internet est fluide et l’appareil photo fonctionne. Rien ne permet de deviner qu’un logiciel espion ultrasophistiqué est en train, subrepticement, de s’introduire dans le téléphone pour en prendre le contrôle. Cette discrétion est le principal avantage d’une arme numérique d’un nouveau genre, un logiciel espion nommé Pegasus.

Le consortium de journalistes Forbidden Stories et Amnesty International ont pu consulter plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles de ce programme malveillant, pour le compte de plusieurs Etats, et l’ont partagé à seize médias, dont Le Monde. Parmi ces cibles, ce ne sont pas les membres de groupes terroristes ou d’organisations criminelles qui dominent, mais des avocats, des journalistes, des activistes, sans compter des chefs d’Etat, des diplomates et des hauts responsables de services de renseignement, issus de cinquante pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

Une fois inséré dans un smartphone, que ce soit un iPhone ou un Android, Pegasus ne permet pas seulement d’écouter les appels passés et reçus par les téléphones qu’il infecte. A l’époque des messageries chiffrées, les écoutes téléphoniques n’offrent qu’un intérêt relatif. Le logiciel va beaucoup plus loin, en permettant d’absorber tout le contenu d’un téléphone : photos, courriels, contacts, SMS, et même les messages échangés par le biais d’applications sécurisées telles que Signal ou WhatsApp. Il dispose par ailleurs de quelques fonctionnalités à la James Bond, comme la possibilité d’activer, à distance, le micro du téléphone.

Contrairement à la plupart des outils de cybersurveillance, Pegasus n’a été conçu ni par un pirate informatique isolé ni par des agents d’un service d’espionnage russe, américain ou chinois. Il s’agit du produit-phare d’une entreprise privée, NSO Group, que cette dernière a déjà vendu à une quarantaine d’Etats dans le monde. Cette société israélienne – l’enquête menée par Le Monde et Forbidden Stories démontre qu’elle a mis entre les mains d’Etats peu scrupuleux un outil corrosif pour les droits de l’homme –, s’est imposée en quelques années comme la figure de proue de la très secrète industrie de la surveillance numérique.

Hackeurs d’élite

NSO, c’est avant tout l’histoire de « N », de « S », et de « O », pour Niv Carmi, Shalev Hulio et Omri Lavie, ses trois cofondateurs. Lorsqu’ils créent l’entreprise, en 2009, ils sont bien loin de la surveillance numérique. Leur start-up développe une technologie capable de reconnaître des objets dans une vidéo et de proposer au spectateur un lien pour les acheter.

Il vous reste 86.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Continuer à lire ici

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Pourquoi voyez-vous ce message ?
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

La suite est réservée aux abonnés.
Voir plus

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

Dans la même rubrique

Les abonnés lisent aussi...

Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.

Pourquoi voyez-vous ce message ?

Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.

Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

Déjà abonné?

Rubriques Opinions M le Mag Culture Services Sites du Groupe Recevoir les newsletters du Monde S’abonner Consulter le Journal du jour Évenements abonnés Le Monde Festival La boutique du Monde
Navigation
Navigation Navigation Navigation
Le Monde - retour à la une
Le Monde - retour à la une Se connecter Se connecterS’abonner À la une Retour à la page d’accueil du Monde À la uneRetour à la page d’accueil du MondeEn continuEn continuActualitésEn ce moment
  • Projet Pegasus
  • Projet Pegasus
  • Vaccins contre le Covid-19
  • Vaccins contre le Covid-19
  • Tour de France
  • Tour de France
  • Festival de Cannes 2021
  • Festival de Cannes 2021
  • Festival d'Avignon
  • Festival d'Avignon
  • Climat
  • Climat
  • Coronavirus et pandémie de Covid-19
  • Coronavirus et pandémie de Covid-19
  • Déconfinement
  • Déconfinement
  • Election présidentielle 2022
  • Election présidentielle 2022
  • Toute l’actualité en continu
  • Toute l’actualité en continuActualités
  • International
  • International
  • Politique
  • Politique
  • Société
  • Société
  • Les Décodeurs
  • Les Décodeurs
  • Sport
  • Sport
  • Planète
  • Planète
  • Sciences
  • Sciences
  • M Campus
  • M Campus
  • Le Monde Afrique
  • Le Monde Afrique
  • Pixels
  • Pixels
  • Santé
  • Santé
  • Big Browser
  • Big Browser
  • Disparitions
  • Disparitions
  • Podcasts
  • Podcasts
  • Le Monde & Vous
  • Le Monde & VousÉconomie
  • Économie
  • Économie
  • Économie mondiale
  • Économie mondiale
  • Économie française
  • Économie française
  • Médias
  • Médias
  • Emploi
  • Emploi
  • Argent & placements
  • Argent & placements
  • Tribunes éco
  • Tribunes éco
  • Cities
  • Cities
  • Le Club de l’économie
  • Le Club de l’économie
    Illustration du logo de l’OPEP. Illustration du logo de l’OPEP.
    Économie

    L’OPEP et ses partenaires s’accordent sur une légère augmentation de la production de pétrole

    Illustration du logo de l’OPEP. Illustration du logo de l’OPEP.
    Illustration du logo de l’OPEP. Illustration du logo de l’OPEP. Illustration du logo de l’OPEP.
    Économie

    L’OPEP et ses partenaires s’accordent sur une légère augmentation de la production de pétrole

    Économie
    Article réservé à nos abonnés

    Football : la Ligue 1 réservée aux abonnés d’Amazon Prime avec un surcoût

    Économie
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    Football : la Ligue 1 réservée aux abonnés d’Amazon Prime avec un surcoût

    « A trop vouloir être partout au même moment, on n’arrive qu’à être nulle part tout le temps. » A méditer. « A trop vouloir être partout au même moment, on n’arrive qu’à être nulle part tout le temps. » A méditer.
    Chronique
    Article réservé à nos abonnés

    L’argot de bureau : Atawad a le don d’ubiquité

    « A trop vouloir être partout au même moment, on n’arrive qu’à être nulle part tout le temps. » A méditer. « A trop vouloir être partout au même moment, on n’arrive qu’à être nulle part tout le temps. » A méditer.
    « A trop vouloir être partout au même moment, on n’arrive qu’à être nulle part tout le temps. » A méditer. « A trop vouloir être partout au même moment, on n’arrive qu’à être nulle part tout le temps. » A méditer. « A trop vouloir être partout au même moment, on n’arrive qu’à être nulle part tout le temps. » A méditer.
    Chronique
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    L’argot de bureau : Atawad a le don d’ubiquité

    La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, à Bruxelles, le vendredi 25 juin 2021. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, à Bruxelles, le vendredi 25 juin 2021.
    Tribune
    Article réservé à nos abonnés

    Natacha Valla : « La Banque centrale européenne abandonne l’archaïsme monétaire »

    La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, à Bruxelles, le vendredi 25 juin 2021. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, à Bruxelles, le vendredi 25 juin 2021.
    La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, à Bruxelles, le vendredi 25 juin 2021. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, à Bruxelles, le vendredi 25 juin 2021. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, à Bruxelles, le vendredi 25 juin 2021.
    Tribune
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    Natacha Valla : « La Banque centrale européenne abandonne l’archaïsme monétaire »

    Vidéos
  • Vidéos
  • Vidéos
  • Les explications
  • Les explications
  • Les séries
  • Les séries
  • Enquêtes vidéo
  • Enquêtes vidéo
    Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine. Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine.
    10:54
    Enquête

    Enquête vidéo : comment Pékin impose sa présence militaire en mer de Chine méridionale

    Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine. Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine.
    10:54
    Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine. Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine. Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine.
    10:54
    Enquête

    Enquête vidéo : comment Pékin impose sa présence militaire en mer de Chine méridionale

    15:27
    Planète

    Comment le changement climatique va bouleverser l’humanité

    15:27
    15:27
    Planète

    Comment le changement climatique va bouleverser l’humanité

    Emmanuel Macron, le 12 juillet, à Paris. Emmanuel Macron, le 12 juillet, à Paris.
    04:50
    Politique

    Vidéo : résumé de l’allocution d’Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron, le 12 juillet, à Paris. Emmanuel Macron, le 12 juillet, à Paris.
    04:50
    Emmanuel Macron, le 12 juillet, à Paris. Emmanuel Macron, le 12 juillet, à Paris. Emmanuel Macron, le 12 juillet, à Paris.
    04:50
    Politique

    Vidéo : résumé de l’allocution d’Emmanuel Macron

    10:11
    Santé

    Pourquoi le vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 est interdit dans plusieurs pays, mais massivement utilisé en France ?

    10:11
    10:11
    Santé

    Pourquoi le vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 est interdit dans plusieurs pays, mais massivement utilisé en France ?

    Opinions
  • Opinions
  • Opinions
  • Editoriaux
  • Editoriaux
  • Chroniques
  • Chroniques
  • Analyses
  • Analyses
  • Tribunes
  • Tribunes
  • Vie des idées
  • Vie des idées
    Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse après une réunion du G5 Sahel, à l’Elysée, le 9 juillet 2021. Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse après une réunion du G5 Sahel, à l’Elysée, le 9 juillet 2021.
    Analyse
    Article réservé à nos abonnés

    La diplomatie française et les limites d’un exercice solitaire

    Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse après une réunion du G5 Sahel, à l’Elysée, le 9 juillet 2021. Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse après une réunion du G5 Sahel, à l’Elysée, le 9 juillet 2021.
    Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse après une réunion du G5 Sahel, à l’Elysée, le 9 juillet 2021. Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse après une réunion du G5 Sahel, à l’Elysée, le 9 juillet 2021. Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse après une réunion du G5 Sahel, à l’Elysée, le 9 juillet 2021.
    Analyse
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    La diplomatie française et les limites d’un exercice solitaire

    Tribune
    Article réservé à nos abonnés

    « Remplacer les véhicules les plus polluants par des véhicules électriques ne résoudra pas tous les enjeux de la voiture en ville »

    Tribune
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    « Remplacer les véhicules les plus polluants par des véhicules électriques ne résoudra pas tous les enjeux de la voiture en ville »

    Célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, à Shanghaï (Chine), le 1er juillet 2021. Célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, à Shanghaï (Chine), le 1er juillet 2021.
    Tribune
    Article réservé à nos abonnés

    « Pour être sûr que la troisième guerre mondiale n’aura pas lieu, il faut voir qu’elle est en train de commencer et savoir s’y préparer »

    Célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, à Shanghaï (Chine), le 1er juillet 2021. Célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, à Shanghaï (Chine), le 1er juillet 2021.
    Célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, à Shanghaï (Chine), le 1er juillet 2021. Célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, à Shanghaï (Chine), le 1er juillet 2021. Célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, à Shanghaï (Chine), le 1er juillet 2021.
    Tribune
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    « Pour être sûr que la troisième guerre mondiale n’aura pas lieu, il faut voir qu’elle est en train de commencer et savoir s’y préparer »

    Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice après son audition, à Paris, le 16 juillet 2021. Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice après son audition, à Paris, le 16 juillet 2021.
    Éditorial

    Justice : un inquiétant bras de fer

    Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice après son audition, à Paris, le 16 juillet 2021. Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice après son audition, à Paris, le 16 juillet 2021.
    Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice après son audition, à Paris, le 16 juillet 2021. Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice après son audition, à Paris, le 16 juillet 2021. Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice après son audition, à Paris, le 16 juillet 2021.
    Éditorial

    Justice : un inquiétant bras de fer

    Culture
  • Culture
  • Culture
  • Cinéma
  • Cinéma
  • Télévision
  • Télévision
  • Livres
  • Livres
  • Musiques
  • Musiques
  • Arts
  • Arts
  • Scènes
  • Scènes
    Extrait du film « Uncut Gems » (2019), des frères Safdie, produit par le studio A24. Extrait du film « Uncut Gems » (2019), des frères Safdie, produit par le studio A24.
    Économie
    Article réservé à nos abonnés

    Cinéma : la production indépendante américaine sous pression

    Extrait du film « Uncut Gems » (2019), des frères Safdie, produit par le studio A24. Extrait du film « Uncut Gems » (2019), des frères Safdie, produit par le studio A24.
    Extrait du film « Uncut Gems » (2019), des frères Safdie, produit par le studio A24. Extrait du film « Uncut Gems » (2019), des frères Safdie, produit par le studio A24. Extrait du film « Uncut Gems » (2019), des frères Safdie, produit par le studio A24.
    Économie
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    Cinéma : la production indépendante américaine sous pression

    L’écrivain Jean-Michel Guenassia, à Paris, en 2015. L’écrivain Jean-Michel Guenassia, à Paris, en 2015.
    Livres
    Article réservé à nos abonnés

    « Les Terres promises », de Jean-Michel Guenassia : cinq garçons dans le siècle

    L’écrivain Jean-Michel Guenassia, à Paris, en 2015. L’écrivain Jean-Michel Guenassia, à Paris, en 2015.
    L’écrivain Jean-Michel Guenassia, à Paris, en 2015. L’écrivain Jean-Michel Guenassia, à Paris, en 2015. L’écrivain Jean-Michel Guenassia, à Paris, en 2015.
    Livres
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    « Les Terres promises », de Jean-Michel Guenassia : cinq garçons dans le siècle

    Extrait du documentaire « Maria by Callas » (2017), de Tom Volf. Extrait du documentaire « Maria by Callas » (2017), de Tom Volf.
    Culture

    « Maria by Callas », sur Arte, documente le théâtre de la vie et de la scène de la diva

    Extrait du documentaire « Maria by Callas » (2017), de Tom Volf. Extrait du documentaire « Maria by Callas » (2017), de Tom Volf.
    Extrait du documentaire « Maria by Callas » (2017), de Tom Volf. Extrait du documentaire « Maria by Callas » (2017), de Tom Volf. Extrait du documentaire « Maria by Callas » (2017), de Tom Volf.
    Culture

    « Maria by Callas », sur Arte, documente le théâtre de la vie et de la scène de la diva

    Le dessinateur danois Kurt Westergaard, le 8 septembre 2010. Le dessinateur danois Kurt Westergaard, le 8 septembre 2010.
    Culture

    Le dessinateur danois Kurt Westergaard, auteur d’une des caricatures de Mahomet, est mort

    Le dessinateur danois Kurt Westergaard, le 8 septembre 2010. Le dessinateur danois Kurt Westergaard, le 8 septembre 2010.
    Le dessinateur danois Kurt Westergaard, le 8 septembre 2010. Le dessinateur danois Kurt Westergaard, le 8 septembre 2010. Le dessinateur danois Kurt Westergaard, le 8 septembre 2010.
    Culture

    Le dessinateur danois Kurt Westergaard, auteur d’une des caricatures de Mahomet, est mort

    M le mag
  • M le Mag
  • M le MagM le Mag
  • L’actu
  • L’actu
  • L’époque
  • L’époque
  • Le style
  • Le style
  • Le Monde passe à table
  • Le Monde passe à table
  • Voyage
  • Voyage
  • Mode
  • Mode
  • Les Recettes du Monde
  • Les Recettes du Monde
    M le mag
    Article réservé à nos abonnés

    « La fille qui vient de la mode et se reconvertit dans la céramique » : le retour à la terre d’Olivia Cognet

    M le mag
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    « La fille qui vient de la mode et se reconvertit dans la céramique » : le retour à la terre d’Olivia Cognet

    Christophe Clément, fondateur du site Nageurs.com, à la piscine Rouvet, dans le 19e arrondissement de Paris, le 5 juillet 2021. Christophe Clément, fondateur du site Nageurs.com, à la piscine Rouvet, dans le 19e arrondissement de Paris, le 5 juillet 2021.
    Enquête
    Article réservé à nos abonnés

    Plongée chez les fous de la nage

    Christophe Clément, fondateur du site Nageurs.com, à la piscine Rouvet, dans le 19e arrondissement de Paris, le 5 juillet 2021. Christophe Clément, fondateur du site Nageurs.com, à la piscine Rouvet, dans le 19e arrondissement de Paris, le 5 juillet 2021.
    Christophe Clément, fondateur du site Nageurs.com, à la piscine Rouvet, dans le 19e arrondissement de Paris, le 5 juillet 2021. Christophe Clément, fondateur du site Nageurs.com, à la piscine Rouvet, dans le 19e arrondissement de Paris, le 5 juillet 2021. Christophe Clément, fondateur du site Nageurs.com, à la piscine Rouvet, dans le 19e arrondissement de Paris, le 5 juillet 2021.
    Enquête
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    Plongée chez les fous de la nage

    L'époque
    Article réservé à nos abonnés

    S’aimer comme on se quitte : « Elle ne veut plus que je voie notre enfant, elle lui lave le cerveau »

    L'époque
    Article réservé à nos abonnés Article réservé à nos abonnés

    S’aimer comme on se quitte : « Elle ne veut plus que je voie notre enfant, elle lui lave le cerveau »

    Sandwich à la langue sauce piquante. Sandwich à la langue sauce piquante.
    Les recettes du Monde

    Le sandwich à la langue sauce piquante : la recette de Léa Fleuriot

    Sandwich à la langue sauce piquante. Sandwich à la langue sauce piquante.
    Sandwich à la langue sauce piquante. Sandwich à la langue sauce piquante. Sandwich à la langue sauce piquante.
    Les recettes du Monde

    Le sandwich à la langue sauce piquante : la recette de Léa Fleuriot

    Services

    Services Le Monde

  • Accéder à votre compte abonné
  • Accéder à votre compte abonné
  • Consulter le Journal du jour
  • Consulter le Journal du jour
  • Évènements abonnés
  • Évènements abonnés
  • Le Monde Evénements
  • Le Monde Evénements
  • Boutique Le Monde
  • Boutique Le Monde
  • Newsletters
  • Newsletters
  • Mémorable : cultiver votre mémoire
  • Mémorable : cultiver votre mémoire
  • Guides d’achat
  • Guides d’achat
  • Mots Croisés / Sudokus
  • Mots Croisés / Sudokus
  • Jeux-concours abonnés
  • Jeux-concours abonnés
  • Nous contacter
  • Nous contacter
  • Gestion des cookies
  • Gestion des cookies
  • Mentions légales
  • Mentions légales
  • Conditions générales
  • Conditions générales
  • Charte du groupe
  • Charte du groupe
  • Politique de confidentialité
  • Politique de confidentialité
  • FAQ
  • FAQ
  • Décodex : vérifier l’info
  • Décodex : vérifier l’info
  • Élections régionales et départementales 2021
  • Élections régionales et départementales 2021

    Services partenaires

  • Codes promo
  • Codes promo
  • Formation professionnelle
  • Formation professionnelle
  • Cours d’anglais
  • Cours d’anglais
  • Cours d’orthographe et grammaire
  • Cours d’orthographe et grammaire
  • Conjugaison
  • Conjugaison
  • Dictionnaire de citations
  • Dictionnaire de citations
  • Annonces immobilières
  • Annonces immobilières
  • Prix de l’immobilier
  • Prix de l’immobilier
  • Jardinage
  • Jardinage
  • Jeux d’arcade
  • Jeux d’arcade
  • Paroles de chansons
  • Paroles de chansons

    Suppléments partenaires

  • #OnaTousBesoinDuSud
  • #OnaTousBesoinDuSud
  • Voyage au Canada
  • Voyage au Canada
  • Un projet écoresponsable
  • Un projet écoresponsableRechercheRecherche
     In the middle - Shalev Hulio the CEO of NSO Group. Immediately upon the outbreak of the corona epidemic in the world, Israeli high-tech company NSO, which specializes in creating life-saving technology solutions, recruited the best minds in the company alongside epidemiologists and other experts and was able to develop at top speed an innovative technological system to help eradicate the spread of the epidemic. The company has been able to produce an innovative analytics system to assist decision makers in managing the spread of the epidemic alongside managing the return of the economy to normal. All this without compromising privacy. The company has provided the system, named Fleming, to several countries and receives very positive feedback from its operation by the states. (Ziv Koren/Polaris) ZIV KOREN / POLARIS / STARFACE

    « Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

    Par et

    Publié aujourd’hui à 05h59, mis à jour à 06h08

    Réservé à nos abonnés

    EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

    Vu de l’extérieur, le téléphone semble parfaitement normal. Les notifications éclairent l’écran, tandis que les échanges s’empilent dans les applications de messagerie. Les appels sont parfaitement audibles, la navigation sur Internet est fluide et l’appareil photo fonctionne. Rien ne permet de deviner qu’un logiciel espion ultrasophistiqué est en train, subrepticement, de s’introduire dans le téléphone pour en prendre le contrôle. Cette discrétion est le principal avantage d’une arme numérique d’un nouveau genre, un logiciel espion nommé Pegasus.

    Le consortium de journalistes Forbidden Stories et Amnesty International ont pu consulter plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles de ce programme malveillant, pour le compte de plusieurs Etats, et l’ont partagé à seize médias, dont Le Monde. Parmi ces cibles, ce ne sont pas les membres de groupes terroristes ou d’organisations criminelles qui dominent, mais des avocats, des journalistes, des activistes, sans compter des chefs d’Etat, des diplomates et des hauts responsables de services de renseignement, issus de cinquante pays.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

    Une fois inséré dans un smartphone, que ce soit un iPhone ou un Android, Pegasus ne permet pas seulement d’écouter les appels passés et reçus par les téléphones qu’il infecte. A l’époque des messageries chiffrées, les écoutes téléphoniques n’offrent qu’un intérêt relatif. Le logiciel va beaucoup plus loin, en permettant d’absorber tout le contenu d’un téléphone : photos, courriels, contacts, SMS, et même les messages échangés par le biais d’applications sécurisées telles que Signal ou WhatsApp. Il dispose par ailleurs de quelques fonctionnalités à la James Bond, comme la possibilité d’activer, à distance, le micro du téléphone.

    Contrairement à la plupart des outils de cybersurveillance, Pegasus n’a été conçu ni par un pirate informatique isolé ni par des agents d’un service d’espionnage russe, américain ou chinois. Il s’agit du produit-phare d’une entreprise privée, NSO Group, que cette dernière a déjà vendu à une quarantaine d’Etats dans le monde. Cette société israélienne – l’enquête menée par Le Monde et Forbidden Stories démontre qu’elle a mis entre les mains d’Etats peu scrupuleux un outil corrosif pour les droits de l’homme –, s’est imposée en quelques années comme la figure de proue de la très secrète industrie de la surveillance numérique.

    Hackeurs d’élite

    NSO, c’est avant tout l’histoire de « N », de « S », et de « O », pour Niv Carmi, Shalev Hulio et Omri Lavie, ses trois cofondateurs. Lorsqu’ils créent l’entreprise, en 2009, ils sont bien loin de la surveillance numérique. Leur start-up développe une technologie capable de reconnaître des objets dans une vidéo et de proposer au spectateur un lien pour les acheter.

    Il vous reste 86.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

    Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

    Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

    Continuer à lire ici

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?
    • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

      Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    • Comment ne plus voir ce message ?

      En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

      Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

    • Y a-t-il d’autres limites ?

      Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

    • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

      Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

     In the middle - Shalev Hulio the CEO of NSO Group. Immediately upon the outbreak of the corona epidemic in the world, Israeli high-tech company NSO, which specializes in creating life-saving technology solutions, recruited the best minds in the company alongside epidemiologists and other experts and was able to develop at top speed an innovative technological system to help eradicate the spread of the epidemic. The company has been able to produce an innovative analytics system to assist decision makers in managing the spread of the epidemic alongside managing the return of the economy to normal. All this without compromising privacy. The company has provided the system, named Fleming, to several countries and receives very positive feedback from its operation by the states. (Ziv Koren/Polaris) ZIV KOREN / POLARIS / STARFACE

    « Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

    Par et

    Publié aujourd’hui à 05h59, mis à jour à 06h08

    Réservé à nos abonnés

    EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

    Vu de l’extérieur, le téléphone semble parfaitement normal. Les notifications éclairent l’écran, tandis que les échanges s’empilent dans les applications de messagerie. Les appels sont parfaitement audibles, la navigation sur Internet est fluide et l’appareil photo fonctionne. Rien ne permet de deviner qu’un logiciel espion ultrasophistiqué est en train, subrepticement, de s’introduire dans le téléphone pour en prendre le contrôle. Cette discrétion est le principal avantage d’une arme numérique d’un nouveau genre, un logiciel espion nommé Pegasus.

    Le consortium de journalistes Forbidden Stories et Amnesty International ont pu consulter plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles de ce programme malveillant, pour le compte de plusieurs Etats, et l’ont partagé à seize médias, dont Le Monde. Parmi ces cibles, ce ne sont pas les membres de groupes terroristes ou d’organisations criminelles qui dominent, mais des avocats, des journalistes, des activistes, sans compter des chefs d’Etat, des diplomates et des hauts responsables de services de renseignement, issus de cinquante pays.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

    Une fois inséré dans un smartphone, que ce soit un iPhone ou un Android, Pegasus ne permet pas seulement d’écouter les appels passés et reçus par les téléphones qu’il infecte. A l’époque des messageries chiffrées, les écoutes téléphoniques n’offrent qu’un intérêt relatif. Le logiciel va beaucoup plus loin, en permettant d’absorber tout le contenu d’un téléphone : photos, courriels, contacts, SMS, et même les messages échangés par le biais d’applications sécurisées telles que Signal ou WhatsApp. Il dispose par ailleurs de quelques fonctionnalités à la James Bond, comme la possibilité d’activer, à distance, le micro du téléphone.

    Contrairement à la plupart des outils de cybersurveillance, Pegasus n’a été conçu ni par un pirate informatique isolé ni par des agents d’un service d’espionnage russe, américain ou chinois. Il s’agit du produit-phare d’une entreprise privée, NSO Group, que cette dernière a déjà vendu à une quarantaine d’Etats dans le monde. Cette société israélienne – l’enquête menée par Le Monde et Forbidden Stories démontre qu’elle a mis entre les mains d’Etats peu scrupuleux un outil corrosif pour les droits de l’homme –, s’est imposée en quelques années comme la figure de proue de la très secrète industrie de la surveillance numérique.

    Hackeurs d’élite

    NSO, c’est avant tout l’histoire de « N », de « S », et de « O », pour Niv Carmi, Shalev Hulio et Omri Lavie, ses trois cofondateurs. Lorsqu’ils créent l’entreprise, en 2009, ils sont bien loin de la surveillance numérique. Leur start-up développe une technologie capable de reconnaître des objets dans une vidéo et de proposer au spectateur un lien pour les acheter.

    Il vous reste 86.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

     In the middle - Shalev Hulio the CEO of NSO Group. Immediately upon the outbreak of the corona epidemic in the world, Israeli high-tech company NSO, which specializes in creating life-saving technology solutions, recruited the best minds in the company alongside epidemiologists and other experts and was able to develop at top speed an innovative technological system to help eradicate the spread of the epidemic. The company has been able to produce an innovative analytics system to assist decision makers in managing the spread of the epidemic alongside managing the return of the economy to normal. All this without compromising privacy. The company has provided the system, named Fleming, to several countries and receives very positive feedback from its operation by the states. (Ziv Koren/Polaris) ZIV KOREN / POLARIS / STARFACE
     In the middle - Shalev Hulio the CEO of NSO Group. Immediately upon the outbreak of the corona epidemic in the world, Israeli high-tech company NSO, which specializes in creating life-saving technology solutions, recruited the best minds in the company alongside epidemiologists and other experts and was able to develop at top speed an innovative technological system to help eradicate the spread of the epidemic. The company has been able to produce an innovative analytics system to assist decision makers in managing the spread of the epidemic alongside managing the return of the economy to normal. All this without compromising privacy. The company has provided the system, named Fleming, to several countries and receives very positive feedback from its operation by the states. (Ziv Koren/Polaris) ZIV KOREN / POLARIS / STARFACE
    ZIV KOREN / POLARIS / STARFACE

    « Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

    Par et

    Publié aujourd’hui à 05h59, mis à jour à 06h08

    Réservé à nos abonnés

    EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

    « Projet Pegasus » : comment la société israélienne NSO Group a révolutionné l’espionnage

    Par et

    Publié aujourd’hui à 05h59, mis à jour à 06h08

    Réservé à nos abonnés

    EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

    Réservé à nos abonnés

    Réservé à nos abonnés

  • Partage désactivé
  • Partage désactivéPartage désactivé
  • Partage désactivé
  • Partage désactivéPartage désactivé
  • Partage désactivé
  • Partage désactivéPartage désactivéPartage désactivé
  • Partage désactivé
  • Partage désactivéPartage désactivéPartage désactivé

    EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

    EnquêteL’entreprise au cœur des révélations du « Monde » s’est imposée en dix ans comme le leader de la surveillance téléphonique. Les scandales de violation des droits de l’homme qui éclatent depuis plusieurs années ne freinent pas son ascension.

    Enquête

    Vu de l’extérieur, le téléphone semble parfaitement normal. Les notifications éclairent l’écran, tandis que les échanges s’empilent dans les applications de messagerie. Les appels sont parfaitement audibles, la navigation sur Internet est fluide et l’appareil photo fonctionne. Rien ne permet de deviner qu’un logiciel espion ultrasophistiqué est en train, subrepticement, de s’introduire dans le téléphone pour en prendre le contrôle. Cette discrétion est le principal avantage d’une arme numérique d’un nouveau genre, un logiciel espion nommé Pegasus.

    Le consortium de journalistes Forbidden Stories et Amnesty International ont pu consulter plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles de ce programme malveillant, pour le compte de plusieurs Etats, et l’ont partagé à seize médias, dont Le Monde. Parmi ces cibles, ce ne sont pas les membres de groupes terroristes ou d’organisations criminelles qui dominent, mais des avocats, des journalistes, des activistes, sans compter des chefs d’Etat, des diplomates et des hauts responsables de services de renseignement, issus de cinquante pays.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

    Une fois inséré dans un smartphone, que ce soit un iPhone ou un Android, Pegasus ne permet pas seulement d’écouter les appels passés et reçus par les téléphones qu’il infecte. A l’époque des messageries chiffrées, les écoutes téléphoniques n’offrent qu’un intérêt relatif. Le logiciel va beaucoup plus loin, en permettant d’absorber tout le contenu d’un téléphone : photos, courriels, contacts, SMS, et même les messages échangés par le biais d’applications sécurisées telles que Signal ou WhatsApp. Il dispose par ailleurs de quelques fonctionnalités à la James Bond, comme la possibilité d’activer, à distance, le micro du téléphone.

    Contrairement à la plupart des outils de cybersurveillance, Pegasus n’a été conçu ni par un pirate informatique isolé ni par des agents d’un service d’espionnage russe, américain ou chinois. Il s’agit du produit-phare d’une entreprise privée, NSO Group, que cette dernière a déjà vendu à une quarantaine d’Etats dans le monde. Cette société israélienne – l’enquête menée par Le Monde et Forbidden Stories démontre qu’elle a mis entre les mains d’Etats peu scrupuleux un outil corrosif pour les droits de l’homme –, s’est imposée en quelques années comme la figure de proue de la très secrète industrie de la surveillance numérique.

    Hackeurs d’élite

    NSO, c’est avant tout l’histoire de « N », de « S », et de « O », pour Niv Carmi, Shalev Hulio et Omri Lavie, ses trois cofondateurs. Lorsqu’ils créent l’entreprise, en 2009, ils sont bien loin de la surveillance numérique. Leur start-up développe une technologie capable de reconnaître des objets dans une vidéo et de proposer au spectateur un lien pour les acheter.

    Il vous reste 86.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

    Vu de l’extérieur, le téléphone semble parfaitement normal. Les notifications éclairent l’écran, tandis que les échanges s’empilent dans les applications de messagerie. Les appels sont parfaitement audibles, la navigation sur Internet est fluide et l’appareil photo fonctionne. Rien ne permet de deviner qu’un logiciel espion ultrasophistiqué est en train, subrepticement, de s’introduire dans le téléphone pour en prendre le contrôle. Cette discrétion est le principal avantage d’une arme numérique d’un nouveau genre, un logiciel espion nommé Pegasus.

    Le consortium de journalistes Forbidden Stories et Amnesty International ont pu consulter plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés comme des cibles potentielles de ce programme malveillant, pour le compte de plusieurs Etats, et l’ont partagé à seize médias, dont Le Monde. Parmi ces cibles, ce ne sont pas les membres de groupes terroristes ou d’organisations criminelles qui dominent, mais des avocats, des journalistes, des activistes, sans compter des chefs d’Etat, des diplomates et des hauts responsables de services de renseignement, issus de cinquante pays.

    Le Monde Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones Article réservé à nos abonnés Lire aussi Article réservé à nos abonnésArticle réservé à nos abonnés « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

    Une fois inséré dans un smartphone, que ce soit un iPhone ou un Android, Pegasus ne permet pas seulement d’écouter les appels passés et reçus par les téléphones qu’il infecte. A l’époque des messageries chiffrées, les écoutes téléphoniques n’offrent qu’un intérêt relatif. Le logiciel va beaucoup plus loin, en permettant d’absorber tout le contenu d’un téléphone : photos, courriels, contacts, SMS, et même les messages échangés par le biais d’applications sécurisées telles que Signal ou WhatsApp. Il dispose par ailleurs de quelques fonctionnalités à la James Bond, comme la possibilité d’activer, à distance, le micro du téléphone.

    Contrairement à la plupart des outils de cybersurveillance, Pegasus n’a été conçu ni par un pirate informatique isolé ni par des agents d’un service d’espionnage russe, américain ou chinois. Il s’agit du produit-phare d’une entreprise privée, NSO Group, que cette dernière a déjà vendu à une quarantaine d’Etats dans le monde. Cette société israélienne – l’enquête menée par Le Monde et Forbidden Stories démontre qu’elle a mis entre les mains d’Etats peu scrupuleux un outil corrosif pour les droits de l’homme –, s’est imposée en quelques années comme la figure de proue de la très secrète industrie de la surveillance numérique.

    Le Monde

    Hackeurs d’élite

    NSO, c’est avant tout l’histoire de « N », de « S », et de « O », pour Niv Carmi, Shalev Hulio et Omri Lavie, ses trois cofondateurs. Lorsqu’ils créent l’entreprise, en 2009, ils sont bien loin de la surveillance numérique. Leur start-up développe une technologie capable de reconnaître des objets dans une vidéo et de proposer au spectateur un lien pour les acheter.

    Il vous reste 86.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

    Il vous reste 86.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

    Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

    Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

    Continuer à lire ici

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?
    • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

      Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    • Comment ne plus voir ce message ?

      En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

      Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

    • Y a-t-il d’autres limites ?

      Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

    • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

      Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

    Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

    Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

    Continuer à lire ici

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?
    • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

      Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    • Comment ne plus voir ce message ?

      En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

      Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

    • Y a-t-il d’autres limites ?

      Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

    • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

      Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

    Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

    Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

    Monde

    Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

    Continuer à lire ici

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

    Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

    Le Monde
    Continuer à lire ici

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?
    • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

      Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    • Comment ne plus voir ce message ?

      En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

      Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

    • Y a-t-il d’autres limites ?

      Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

    • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

      Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?
    • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

      Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    • Comment ne plus voir ce message ?

      En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

      Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

    • Y a-t-il d’autres limites ?

      Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

    • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

      Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Le Monde

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    Le Mondeun seul appareil
  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    Continuer à lire iciLe Monde
  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

    modifier votre mot de passe
    La suite est réservée aux abonnés.
    Voir plus

    Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

    Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

    Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

    Dans la même rubrique

    Les abonnés lisent aussi...

    La suite est réservée aux abonnés.
    Voir plus

    Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

    Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

    Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

    Dans la même rubrique

    Les abonnés lisent aussi...

    La suite est réservée aux abonnés.
    Voir plus

    Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

    Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

    Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

    La suite est réservée aux abonnés.
    La suite est réservée aux abonnés.
    Voir plus Voir plus

    Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

    Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

    Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

    Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

    Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

    tous les contenus du Monde

    Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

    Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

    le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante

    Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

    Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.

    journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13het ses suppléments,

    Dans la même rubrique

    Dans la même rubrique

    Les abonnés lisent aussi...

    Les abonnés lisent aussi...

    Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?

    Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.

    Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

    Déjà abonné?

    Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?

    Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.

    Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

    Déjà abonné?

    Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.

    Pourquoi voyez-vous ce message ?

    Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.

    Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

    Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.

    de refuser le dépôt de cookies

    Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

    Déjà abonné?

    Rubriques Opinions M le Mag Culture Services Sites du Groupe Recevoir les newsletters du Monde S’abonner Consulter le Journal du jour Évenements abonnés Le Monde Festival La boutique du Monde Rubriques Opinions M le Mag Culture Services Sites du Groupe Recevoir les newsletters du Monde S’abonner Consulter le Journal du jour Évenements abonnés Le Monde Festival La boutique du Monde Rubriques Opinions M le Mag Culture Services Sites du Groupe Recevoir les newsletters du Monde S’abonner Consulter le Journal du jour Évenements abonnés Le Monde Festival La boutique du Monde Rubriques Opinions M le Mag Culture Services Sites du Groupe Rubriques Rubriques Actualités en directInternationalPolitiqueSociétéÉconomieLes DécodeursRésultats élections 2021SportPlanèteSciencesM CampusLe Monde AfriquePixelsMédiasDécodexVidéosSantéBig browserDisparitionsÉducationArgent et placementsEmploiArchivesLe Monde & Vous Opinions M le Mag Culture Opinions OpinionsEditoriauxChroniquesAnalysesTribunesVie des idées M le Mag M le MagL’époqueLe styleGastronomieVoyageModeLes recettes du Monde Culture CultureCinémaTélévisionMonde des livresMusiqueArtsBD Services Sites du Groupe Services ServicesMémorable : cultivez votre mémoireGuides d’achatCodes PromoFormation professionnelleCours d’anglaisCours d’orthographe et grammaireConjugaisonDécouvrir le jardinageDictionnaire de citationsParoles de chansonsJeuxAnnonces immobilièresPrix de l’immobilierAvis de décès dans Le Monde Sites du Groupe Sites du GroupeCourrier InternationalLa société des lecteurs du MondeLa VieLe HuffPostL’ObsLe Monde diplomatiqueTéléramaTalentsSource SûreLe Club de l’économieM Publicité Recevoir les newsletters du Monde S’abonner Consulter le Journal du jour Évenements abonnés Le Monde Festival La boutique du Monde Recevoir les newsletters du Monde Recevoir les newsletters du Monde Recevoir les newsletters du Monde Sur iPhoneSur Android S’abonner Consulter le Journal du jour Évenements abonnés Le Monde Festival La boutique du Monde S’abonnerConsulter le Journal du jourÉvenements abonnésLe Monde FestivalLa boutique du Monde Mentions légalesCharte du GroupePolitique de confidentialitéGestion des cookiesConditions généralesAide (FAQ) FacebookYoutubeTwitterInstagramSnapchatFils RSS
    Read Entire Article