Samedi, plus de 110 000 personnes ont manifesté à travers la France contre le passe sanitaire. Certaines arboraient l’étoile jaune, comparant la situation des non-vaccinés à celle des juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Un manifestant arbore une étoile jaune avec l’inscription « non vacciné » à Nantes, le 17 juillet 2021. Un manifestant arbore une étoile jaune avec l’inscription « non vacciné » à Nantes, le 17 juillet 2021.

Quelques jours après la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv, au cours de laquelle 13 152 juifs étrangers réfugiés en France furent arrêtés, les 16 et 17 juillet 1942, la comparaison choque. Lors des manifestations de samedi contre l’extension du passe sanitaire, qui doit être examiné cette semaine par le Parlement, plusieurs personnes arboraient l’étoile jaune, dressant un parallèle entre la traque des juifs par les nazis pendant la seconde guerre mondiale et la limitation de l’accès à certains lieux des personnes non vaccinées contre le Covid-19 ou n’ayant pas effectué de test récent.

Nombreux sont les responsables politiques, communautaires, mais aussi les survivants de la Shoah à avoir partagé leur indignation lundi 19 juillet.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : ce que contient l’avant-projet de loi sanitaire

« Immoral, monstrueux »

« Comparer le passe sanitaire à l’étoile jaune, c’est honteux, c’est immoral, monstrueux, a déclaré le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune, lundi matin sur BFM-TV. Qu’il y ait un débat, c’est une chose, mais dire que c’est une dictature, c’est un scandale et faire la comparaison avec l’étoile jaune, c’est dépasser toutes les limites morales. » Même réaction de la part du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur France Info lundi matin : « Ce sont des comparaisons qui sont absolument abjectes. Je fais la part des choses, il y a des Français qui doutent et il y a une infime minorité qui se livre à ces actions. » « Cette confusion des mémoires est révoltante et me dégoûte », a abondé, pour sa part, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur France 2 lundi matin.

Le centre-droit et la droite partagent cette indignation : « Rien, jamais, ne sera comparable à la Shoah, à l’étoile jaune ou à Auschwitz ! », a déclaré le président Les Républicains de la région Sud, Renaud Muselier. « L’utilisation de l’étoile jaune par les antivaccins est une honte absolue pour notre République. Cet ignoble et honteux amalgame est à vomir », a écrit, pour sa part, la députée de Seine-Maritime et membre d’Agir, Agnès Firmin Le Bodo.

Les oppositions partagent ce constat : « Faut-il rappeler à ces idiots que l’étoile jaune était souvent le passeport pour l’extermination dans les chambres à gaz ? On a le droit de s’opposer mais pas comme ça ! Hélas, nous n’avons pas de vaccin contre l’imbécillité », a tweeté le député radical de gauche de La Rochelle Olivier Falorni. « Cet amalgame avec l’étoile jaune ou encore le régime nazi est indécent ! Porter cette étoile avait pour conséquence une condamnation à mort par le régime du Troisième Reich », a déclaré sur le même réseau social Arnaud Ngatcha, adjoint à la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo.

A l’extrême droite de l’échiquier politique, si certains responsables politiques étaient présents dans les manifestations, comme Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot, certaines voix se sont élevées contre ce parallèle. « Comparer le passe sanitaire avec la Shoah ou l’étoile jaune est complètement dégueulasse. Certains deviennent fous ! », a ainsi déclaré le maire de Béziers, Robert Ménard, qui s’était dit en faveur d’une vaccination obligatoire pour tous quelques jours plus tôt.

Les mots d’un rescapé de la rafle du Vél’d’Hiv

Dimanche, lors d’une cérémonie à Paris organisée à l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux « Justes » de France, Joseph Szwarc, l’un des derniers survivants de la rafle du Vél d’Hiv, a également partagé son indignation.

« Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point cela m’a ému, les larmes me sont venues, a-t-il déclaré. Cette comparaison est odieuse. (…) Je l’ai portée l’étoile, moi, je sais ce que c’est, je l’ai dans ma chair encore. »

Puissant message d’un rescapé du Vel d’Hiv aux #antivax extrémistes #VeldHiv #antipass #Covidio https://t.co/Ox0YfN8jzS

— LaraTch (@Lara Tchekov)

Les associations communautaires indignées

Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a ainsi déclaré, lors de cette même cérémonie de commémoration, avoir été « choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrants à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah. »

Sur France Info, Arno Klarsfeld, avocat et membre de l’association des Fils et Filles des déportés Juifs de France, a également dénoncé ce parallèle : « On peut ne pas vouloir se faire vacciner, mais pas besoin d’appeler aux plus grandes tragédies qui ont frappé notre planète pour justifier sa non-volonté de se faire vacciner. Ce qui m’inquiète, c’est que personne ne réagisse, que ceux qui organisent les manifestations ne réagissent pas et que le service d’ordre ne vire pas ces gens. » Et d’ajouter : « L’étoile jaune était un passeport qui vous conduisait à la mort, tandis que le vaccin permet de sauver des vies. »

Le conseil des ministres doit adopter, ce lundi, le projet de loi comportant les nouvelles mesures anti-Covid-19, dont l’extension du passe sanitaire, avant un examen cette semaine par le Parlement, sous la pression de la reprise épidémique en France. Ce passe devrait être élargi, mercredi, à l’entrée de tous les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes, avant, « début août », d’être étendue aux restaurants, cafés, centres commerciaux, établissements médicaux et transports de longue distance.

Pour les personnes non vaccinables, l’idée du gouvernement serait de leur permettre d’obtenir un passe sanitaire, malgré leur impossibilité d’être vacciné, souvent pour des raisons médicales, et sans avoir à subir des tests réguliers.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Antisémitisme : en France, les différents visages d’une haine insidieuse et banalisée

Le Monde

Contribuer

Services

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.