in

le courant de la centrale nucléaire de Zaporijia a été rétabli après une troisième coupure en dix jours

le courant de la centrale nucléaire de Zaporijia a été rétabli après une troisième coupure en dix jours


Des formateurs venus d’Iran aideraient l’armée russe pour le maniement des drones

Des responsables américains ont confié, sous couvert d’anonymat, au New York Times que l’Iran avait envoyé des formateurs en Crimée – annexée par la Russie – pour former les troupes russes au pilotage des drones achetés par Moscou à Téhéran.

Les formateurs seraient issus du corps des gardiens de la révolution, désigné comme organisation terroriste par Washington. Et d’après le quotidien américain, ces formateurs ne seraient pas à proximité des lignes de front.

Le chef du renseignement militaire ukrainien, Kyrylo Boudanov, a révélé mardi que l’Iran avait fourni à la Russie un premier lot de 1 750 drones Shahed, et que Moscou avait passé d’autres commandes. Depuis une dizaine de jours, plus d’une centaine de ces drones de fabrication iranienne ont percuté des centrales électriques, des stations d’épuration, des bâtiments résidentiels, des ponts et d’autres cibles dans les zones urbaines, a listé le ministère ukrainien des affaires étrangères.

« Nous n’avons pas de telles informations », a répondu le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, interrogé par un journaliste sur l’utilisation de drones iraniens par Moscou en Ukraine. « De la technologie russe est utilisée, avec des noms russes ».

Téhéran a répété n’avoir « exporté d’armes vers aucune des parties en guerre », tandis que Washington a menacé de sanctionner les entreprises ou les Etats collaborant au programme iranien de drones.

De son côté, l’OTAN s’apprête à livrer des centaines de brouilleurs de signal à l’Ukraine pour l’aider à contrer la menace que constituent ces drones. S’exprimant à distance lors d’une conférence à Berlin, le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a déclaré que les systèmes « les aideront à faire face à cette menace spécifique des drones, y compris, bien sûr, les drones de fabrication iranienne, qui causent maintenant beaucoup de ravages et de souffrances ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La filière caoutchouc s’impose dans le paysage économique

La filière caoutchouc s’impose dans le paysage économique

psychodrame sans fin au CDP de Blaise Compaoré – Jeune Afrique

psychodrame sans fin au CDP de Blaise Compaoré – Jeune Afrique