Japon : le SOS d'un papa en détresse

6 days ago 17

Quelle que soit la météo, depuis 12 jours, Vincent Fichot ne bouge pas. Il s'est installé à une centaine de mètres du stade olympique et ne mange plus. Sa grève de la faim a un seul objectif : retrouver ses deux enfants âgés de 3 et 5 ans. Au Japon, la garde partagée n'existe pas quand un couple se sépare. Un seul parent devient tuteur des enfants. Depuis sa séparation en 2018, les juges japonais interdisent à ce père de famille de 39 ans de voir son fils et sa fille.

Macron et les JO comme espoir

Cette grève de la faim n'est plus un combat solitaire. Tous les jours, ils sont nombreux à passer voir Vincent Fichot, à commencer par la communauté française de Tokyo, mobilisée avec un espoir : la venue vendredi 23 juillet dans la capitale du président français. "C'est possible qu'il y ait un geste du président Macron avec ces JO qui sont un moment de fraternité", espère un Français. La police fait comprendre à Vincent Fichot qu'il doit partir, car il fait une mauvaise publicité au Japon, mais il ne bougera pas. "Il me reste 80 kg, je les donnerai à mes enfants, tous. Ce n'est pas un acte de désespoir, mais d'amour envers eux", confie-t-il. Le soir venu, il se retrouve seul et a du mal à dormir après 12 jours de jeûne.

Read Entire Article