in

Epic Games écope d’une amende record de 520 millions de dollars

Epic Games écope d'une amende record de 520 millions de dollars



Il s’agit de la plus lourde sanction jamais infligée pour violation des règles de la Federal Trade Commission (FTC). Le géant vidéoludique Epic Games, notamment connu pour son jeu Fortnite, va devoir s’acquitter d’une amende de 520 millions de dollars pour avoir violé la loi sur la protection de la vie privée des enfants aux États-Unis, appelé loi COPPA. La société aurait mis en place “des astuces de conception connues sous le nom de dark patterns pour tromper des millions de joueurs et les amener à faire des achats involontaires”, peut-on lire dans un communiqué de la FTC.

L’amende est divisée en deux parties : une amende de 275 millions de dollars, qui sanctionne Epic Games pour ses manquements à la loi COPPA, et une seconde de 245 millions de dollars qui servira à indemniser les préjudices financiers subis par les consommateurs.

Des achats via un simple clic

Fortnite, tout comme les autres jeux détenus par Epic, propose une boutique en ligne. Si certains contenus sont gratuits, la grande majorité sont payants, et servent à personnaliser son jeu. Mais l’éditeur aurait parsemé sa boutique de nombreux petits pièges, poussant les joueurs à effectuer des achats malgré eux. “La configuration contre-intuitive, incohérente et déroutante des boutons de Fortnite a conduit les joueurs à encourir des frais non désirés en appuyant sur un simple bouton”, explique la FTC.

Habituellement, chaque achat en ligne est précédé d’une fenêtre d’alerte invitant le consommateur à confirmer son achat ou non. Mais cette fenêtre est inexistante chez Epic, notamment lors de l’achat de monnaie virtuelle. Ces fameux V-Bucks ont été consommés par de nombreux enfants puisqu’à l’achat, aucune confirmation parentale n’est demandée, un simple clic étant suffisant. Certains parents ont alors réalisé plusieurs centaines de dollars d’achats malgré eux.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

L’autorité américaine reproche également à Epic ses fonctions de communication vocale et textuelle trop peu modérées, et le fait qu’elles soient activées par défaut. “La FTC allègue que ces paramètres par défaut […] ont porté préjudice aux enfants et aux adolescents”, peut-on lire dans le communiqué. Certains mineurs auraient été exposés à de l’intimidation, des menaces ou du harcèlement.

Epic répond

L’éditeur de Caroline du Nord accepte sa sanction, mais n’endosse pas toute la responsabilité. Dans un communiqué, Epic rejette la faute sur des lois vieillissantes : “L’industrie du jeu vidéo est un lieu d’innovation rapide, où les attentes des joueurs sont élevées et où les nouvelles idées sont primordiales. Les lois écrites il y a des décennies ne précisent pas comment les écosystèmes de jeu doivent fonctionner. Les lois n’ont pas changé, mais leur application a évolué et les pratiques industrielles de longue date ne suffisent plus.

L’entreprise promet aussi une forme de rédemption : “Nous avons accepté cet accord, car nous voulons qu’Epic soit à l’avant-garde de la protection des consommateurs et offre la meilleure expérience à nos joueurs. Au cours des dernières années, nous avons procédé à des changements pour nous assurer que notre écosystème répond aux attentes de nos joueurs et des régulateurs”. Au début du mois, Epic a mis en place des “comptes cabinés” : lorsqu’un joueur en dessous de l’âge de consentement numérique de son pays (15 ans en France, 13 ans aux États-Unis) s’inscrit, des fonctions comme les achats en ligne et le chat vocal peuvent être désactivées.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

10 000 antennes Starlink supplémentaires vont arriver en Ukraine

10 000 antennes Starlink supplémentaires vont arriver en Ukraine

Banque de France

Le taux du livret A va “sensiblement” augmenter