in

Discrimination et harcèlement : Apple poursuivi en justice par une ancienne employée

Discrimination et harcèlement : Apple poursuivi en justice par une ancienne employée



Nouvelle affaire de harcèlement chez Apple. Une avocate accuse la société américaine de l’avoir licenciée après qu’elle eut dénoncé les abus « extrêmes » dont elle était victime de la part d’un collègue masculin avec qui elle entretenait une relation. La victime présumée affirme avoir reçu des menaces de mort et dénonce l’inaction de l’encadrement de la marque à la pomme.

La victime dénonçait des « violences domestiques« 

Jayna Richardson Whitt a déposé sa plainte contre Apple en Californie le 20 décembre, selon le document consulté par Bloomberg. Au moment des faits présumés, l’avocate était directrice des transactions de propriété intellectuelle au sein de l’entreprise. Selon elle, Apple n’aurait pas réagi de manière adéquate après qu’elle a annoncé être victime « de violence domestique.« 

Alors qu’elle entretenait une « relation personnelle » avec un collègue masculin, ce dernier l’aurait violentée. Elle l’accuse également d’avoir piraté son iPhone et plusieurs de ses comptes en ligne. Après signalement des faits présumés à Apple, l’entreprise n’aurait pas pris en compte la gravité de la situation et aurait même rétrogradé la plaignante. Dans sa plainte, Whitt vise son ancien supérieur qui « favorisait les hommes de race blanche et soumettait les minorités, les femmes et les employés handicapés à un traitement discriminatoire. » Sa carrière au sein d’Apple aurait été entravée à de multiples reprises après la dénonciation des faits présumés à sa direction.

Dans le même temps, Apple n’aurait pas apporté l’aide nécessaire pour lui permettre de sécuriser ses données numériques face à son agresseur présumé. Après des menaces de mort, la firme de Cupertino l’a laissée « sans défense« , explique-t-elle dans le dossier.

« Détresse émotionnelle » et « préjudice pour sa carrière« 

La plaignante dit avoir été licenciée par Apple après la dénonciation publique de l’inaction présumée de la firme dans un essai publié en avril dernier. L’entreprise a ouvert une enquête sur sa conduite avant de la mettre à pied en juillet « sur la base d’accusations […] selon lesquelles elle aurait violé les politiques d’Apple« , affirme la plainte. Comme le rapporte Business Insider, la plaignante demande des dommages et intérêts non précisés en raison de la « détresse émotionnelle » subie et pour le « préjudice pour sa carrière. » Contactée par nos confrères, la société n’a pas réagi.

Depuis peu, Apple autorise ses collaborateurs à évoquer publiquement la question du harcèlement et de la discrimination sur leur lieu de travail. « Les employés ont le droit de parler librement de leurs conditions de travail, y compris du harcèlement et de la discrimination, et nous offrons une série de ressources aux employés pour répondre à leurs questions et signaler leurs préoccupations« , indiquait l’entreprise dans une note interne.

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Waze va afficher les routes à haut risque d’accidents

Waze va afficher les routes à haut risque d’accidents

Ce dimanche, Virgin Radio redevient Europe 2

Ce dimanche, Virgin Radio redevient Europe 2