in

CTT pour les salariés des remontées mécaniques valaisannes

CTT pour les salariés des remontées mécaniques valaisannes


Publié

ValaisSalaire minimum obligatoire pour les employés des remontées mécaniques

Le Conseil d’État a décidé d’introduire un Contrat-type de travail (CTT) avec salaires minimaux obligatoires pour les travailleurs. Les salariés des remontées mécaniques toucheront au minimum 4005.- par mois, plus un treizième salaire.

Image d’illustration: arrivée de la télécabine entre Siviez et Plan du Fou.

Image d’illustration: arrivée de la télécabine entre Siviez et Plan du Fou.

VQH/Chantal Dervey

Une enquête portant sur les salaires versés durant la période 2018-2021 avait révélé une sous-enchère abusive et répétée au sein de sociétés des remontées mécaniques du Vieux Pays. Le gouvernement valaisan a décidé de mettre fin à cette pratique, en imposant un Contrat-type de travail obligatoire dès 2023. Les salariés toucheront au minimum 13 x 4005.- par an. Par ailleurs, le CTT prévoit des paliers d’augmentation, en fonction des années d’expérience.

En mai dernier, la commission tripartite cantonale avait livré les résultats de son analyse sur les conditions salariales appliquées dans les sociétés de remontées mécaniques valaisannes. Le rapport avait révélé que 35% des travailleurs percevaient un revenu inférieur au salaire minimum du CTT 2018. Plus de la moitié ne bénéficiaient pas des paliers d’augmentation.

Le salaire minimum de 4’005.-  avait été proposé par la branche elle-même, lors des discussions au sein de la commission consultative nommée par le Conseil d’Etat. 

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l’essentiel des infos de la journée.

(comm/mfr)



What do you think?

Written by Sebastien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

Hydro-Québec: un ex-employé nie avoir espionné son employeur au profit de la Chine et veut laver sa réputation

Hydro-Québec: un ex-employé nie avoir espionné son employeur au profit de la Chine et veut laver sa réputation

“Tolérance zéro”: Van Quickenborne veut serrer la vis contre les faits de violence envers la police

“Tolérance zéro”: Van Quickenborne veut serrer la vis contre les faits de violence envers la police