in

cinq questions pour comprendre pourquoi le « métro d’Abidjan » se fait attendre – Jeune Afrique

cinq questions pour comprendre pourquoi le « métro d’Abidjan » se fait attendre – Jeune Afrique


LE DÉCRYPTAGE DE JA – D’abord attendu en 2017, puis en 2019 et en 2022, le train urbain d’Abidjan, baptisé le « métro d’Abidjan », ne sera finalement pas opérationnel avant 2025. Et les premières rames, au nombre de 26, seront visibles dans la capitale économique ivoirienne à partir de 2024, selon le nouveau chronogramme communiqué par le gouvernement. Sorti des cartons en 2011 par Alassane Ouattara dès son arrivée au pouvoir, ce projet, conçu dans les années 1970 par la Direction et contrôle des grands travaux, l’ancêtre du Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD), met plus de temps que prévu à se mettre en place.

1. Pourquoi le chantier tarde à démarrer ?  

D’abord pénalisé par la sévère crise économique des années 1980 en Côte d’Ivoire, avec la fin du miracle ivoirien, le métro d’Abidjan qui, à ses origines, était censé devenir réalité dans les années 1990, pâtit depuis son exhumation de nombreuses contraintes. Le tracé de la ligne de métro devait, par exemple, entraîner la destruction d’une partie de la forêt du Banco, une aire luxuriante de près de 3 500 hectares en plein cœur d’Abidjan. Cela n’a pas manqué de provoquer une levée de boucliers des écologistes. Le président Alassane Ouattara a dû modifier par décret les limites de cette forêt, qui abrite dans son sous-sol une partie de la nappe phréatique qu’utilise Abidjan. 


À Lire


Enquête : pourquoi le métro d’Abidjan n’est toujours pas sur les rails

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

Trois morts dans des explosions dans une région russe frontalière de l'Ukraine

Trois morts dans des explosions dans une région russe frontalière de l'Ukraine

Blessure de Matthew Stafford: c'est loin d'être réglé

Blessure de Matthew Stafford: c’est loin d’être réglé