in

Ce vendredi, c’est AUSSI le Green Friday

Ce vendredi, c’est AUSSI le Green Friday



Et si, en fait, il était urgent de ne rien acheter en promotion ce vendredi 25 novembre, jour de l’inconditionnel Black Friday ? En marge de cette grande foire commerciale d’avant les fêtes, des associations et entreprises engagées pour le climat et une consommation durable ont lancé le #GreenFriday, en forme de mouvement de résistance à la surconsommation. Certains partenaires des Numériques y participent, tels que l’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée) avec laquelle nous travaillons, par exemple, sur l’indice de réparabilité des produits que nous testons.

“Difficile de résister à l’appel des promotions malgré ses convictions quand l’inflation met à mal le budget des ménages. Bien que 70 % des Français associent le Black Friday à de l’excès et de la surconsommation, l’événement commercial séduit toujours autant. Pourtant, de plus en plus sensibles au caractère écoresponsable de leurs achats, les Français déclarent à 55 % vouloir profiter de l’opportunité des promotions cette année. Plus étonnant : 27 % d’entre eux révèlent vouloir participer également au Green Friday, l’événement alternatif prônant une consommation raisonnée”, résument les membres fondateurs du Green Friday, d’Altermundi à Emmaüs France, en passant par Dream Act et le Refer (Réseau francilien du réemploi).

Travail forcé, réchauffement climatique, destruction de la biodiversité

Au total, ce sont 560 enseignes que regroupe le collectif Green Friday, lancé il y a six ans avec le crédo “consommer mieux, consommer moins”. Elles s’engagent à ne pas pratiquer le greenwashing, à œuvrer pour une consommation responsable, à ne pas proposer de réductions ce vendredi 25 novembre et à reverser 10 % de leur chiffre d’affaires du jour au profit d’associations engagées soutenues et sélectionnées par le collectif. Les associations adhérentes doivent, elles, organiser des événements de sensibilisation à la consommation responsable.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Chaque année, ce collectif organise des opérations alternatives au Black Friday pour interroger les consciences sur la question de la surconsommation et ses incidences sociales et environnementales. Cette année, il a réalisé une étude auprès de 1608 Français représentatifs de la population, âgés de 15 ans et plus.

“Ce qu’il en ressort : un grand paradoxe entre l’envie des Français de faire attention à leur consommation et l’appel des promotions en pleine période d’inflation. Plus que de s’opposer, les deux événements semblent être complémentaires dans l’esprit de certains consommateurs”.

“Beaucoup de Français font des efforts au quotidien en essayant par exemple de privilégier la réparation, le réemploi et la seconde main, le local, les marques éthiques ou encore de participer à des événements sur le sujet. Malgré cela, et d’autant plus en raison de l’inflation actuelle, le Black Friday reste perçu comme une occasion d’acheter à prix réduit les produits dont ils estiment avoir besoin. Ils ne sont pas forcément dans la frénésie d’achat, mais saisissent l’opportunité pour essayer de réduire les dépenses”, explique Jean-Paul Raillard, président du collectif Green Friday.

Il dit néanmoins être toujours interpellé par l’image relativement positive que garde l’événement Black Friday, malgré son impact environnemental et social. “Nous avons un grand travail de communication à faire pour informer les Français sur l’envers du décor : travail forcé, réchauffement climatique, destruction de la biodiversité, etc.”, ajoute-t-il.

Une approche ambivalente

Si cette étude montre que 92 % des consommateurs soulignent l’importance du prix, 94 % d’entre eux privilégient des produits de qualité et 83 % disent vouloir éviter la surconsommation. Ils sont 73 % à privilégier les produits locaux lorsque c’est possible et 59 % à opter pour des marques et produits éthiques ou écoresponsables. Des chiffres plutôt encourageants selon le collectif Green Friday, qui dénotent un basculement de l’acte d’achat vers quelque chose de plus raisonné. En revanche, selon cette étude, les consommateurs ne portent que très peu d’intérêt à la labellisation des produits.

Dans la même étude, on constate que 97 % des sondés ont déjà entendu parler du Black Friday et que 63 % y ont déjà participé. Néanmoins, 75 % estiment que l’événement ne permet pas toujours de faire de bonnes affaires et 70 % l’associent “à l’excès et la surconsommation”. Cela renvoie à de récents chiffres publiés par l’Agence de transition écologique (Ademe) selon lesquels 90 % des Français trouvent que l’on vit dans une société qui pousse à consommer sans cesse et 83 % voudraient voir la place de la consommation reculer dans leur quotidien. 7 Français sur 10 font également, selon l’Ademe, un lien très clair entre consommation et impact pour la planète.

Par contre, seuls 35 % des sondés ont déjà entendu parler du Green Friday. Avec cet article, ils seront un peu plus nombreux.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

What do you think?

Written by Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

La reine consort Camilla fait don d'ours Paddington déposés en hommage à Elizabeth II

La reine consort Camilla fait don d’ours Paddington déposés en hommage à Elizabeth II

Serbie, en direct : suivez le match de la Coupe du monde 2022

Serbie, en direct : suivez le match de la Coupe du monde 2022