Connect with us

« On m’offre des costumes de luxe. Et alors? »

Grimbert

France

« On m’offre des costumes de luxe. Et alors? »

Fillon "un ami m'offre des costumes de luxe. Et alors ?"

« On m’offre des costumes de luxe. Et alors? »

François Fillon, au cœur d’une affaire d’emplois présumés fictifs ayant bénéficié à ses proches, a confirmé dimanche qu’il s’était fait offrir par « un ami » pour plusieurs milliers d’euros de costumes de luxe.

« Un ami m’a offert des costumes en février. Et alors? », a déclaré M. Fillon, dans un entretien au journal Les Echos à paraître lundi. « J’observe que ma vie privée fait l’objet d’enquêtes en tous sens et que ce traitement m’est réservé », a-t-il ajouté. « Qui cherche à me nuire, je ne le sais pas ».

Dans son édition de dimanche, l’hebdomadaire Le Journal du dimanche (JDD), révélait qu’un mécène avait signé le 20 février un chèque de 13.000 euros pour le règlement de deux costumes achetés chez Arnys, un tailleur parisien des quartiers chics. « J’ai payé à la demande de François Fillon », a affirmé cet « ami généreux » au JDD.

Le journal assurait avoir obtenu confirmation de l’entourage du candidat de la droite à la présidentielle, pour qui « il est exact qu’un de ses amis lui a offert des costumes en février », mais « ça n’a rien de répréhensible ».

A cela s’ajouteraient selon l’hebdomadaire près de 35.500 euros « réglés en liquide » chez ce tailleur, pour un montant de près de 48.500 euros au total depuis 2012.

Sur ce point, l’entourage de François Fillon sollicité par le JDD a jugé « totalement extravagant » d’affirmer « que certains costumes auraient été payés en espèces ».

Convoqué mercredi par les juges d’instruction
François Fillon est convoqué mercredi par les juges d’instruction en vue d’une possible mise en examen (inculpation) dans l’enquête sur les emplois fictifs présumés de son épouse et de deux de ses enfants, dont la révélation fin janvier a plombé sa campagne.

Ancien favori des sondages, François Fillon a chuté dans les intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle du 22 avril. Derrière la candidate d’extrême-droite Marine Le Pen et le centriste Emmanuel Macron, il ne se qualifierait pas pour le second tour du 6 mai, selon les dernières enquêtes.

La maison Arnys, qui a habillé Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, fournit aujourd’hui François Fillon. A l’instar de son homologue Bernard Cazeneuve (PS), le candidat à la présidentielle est considéré, comme l’un des hommes les plus élégants de la classe politique. Si les très chers costumes de François Fillon achetés chez la maison Arnys font polémique ce dimanche, c’est l’occasion de braquer le projecteur sur cette institution de la rive gauche. Plus qu’une boutique, c’est un club de pouvoir où se croisent écrivains, éditeurs, avocats et hommes politiques de tous bords.

Arnys est une filiale de LVMH
LVMH a racheté le tailleur parisien Arnys, un des derniers spécialistes indépendants du costume pour homme sur mesure en 2012. Cette acquisition, réalisée auprès de la famille Grimbert, qui était propriétaire de 100% du capital, a permis au géant mondial du luxe d’apporter le savoir-faire d’Arnys au bottier Berluti, la pépite du luxe masculin que LVMH a développé. Des petits métiers que seul le secteur du luxe protège encore, car les tailleurs de quartier ont quasiment disparu. Si la France comptait jusqu’à 10.000 ateliers dans les années 1930, il n’existe plus que quelque 160 artisans ayant le droit de se faire appeler tailleur, selon la terminologie protégée depuis 1955.

More in France

Les plus lus

En France

Culture

Sports

People & Buzz

To Top