Connect with us

A Lyon, un forum pour évangéliser les musulmans

Comment Evangéliser les musulmans

France

A Lyon, un forum pour évangéliser les musulmans

Le Forum « Jésus le Messie » s’est tenu à Lyon le week-end des 4 et 5 février, dans des locaux prêtés par une paroisse du 6e arrondissement.

En quoi consiste ce forum ?

Les 4 et 5 février s’est tenu à Lyon, dans les locaux de la paroisse Notre-Dame-de-Bellecombe, le forum « Jésus le Messie » sur le thème : « Se former pour annoncer la Bonne Nouvelle du Christ aux musulmans ».

Accessibles uniquement sur inscription, ces forums visent, selon leurs organisateurs, à « appeler l’attention de l’Église, du monde politique et du monde musulman sur la situation des musulmans qui deviennent chrétiens ». Ils réunissent des convertis de l’islam et des groupes œuvrant à l’évangélisation des musulmans.

Parmi eux, Mohammed Christophe Bilek, 66 ans, un Français d’origine algérienne, converti au catholicisme et fondateur aussi des associations Notre-Dame de Kabylie et Mère-Qabel. Et Guy Stremsdorfer, engagé d’abord dans l’évangélisation en Algérie avant d’être accueilli en 1982 à Lyon par le cardinal Decourtray.

Cette année, des interventions ont porté sur la manière de « préparer convenablement les chrétiens qui vivent au contact quotidien des musulmans à connaître l’islam » ou sur le « socle théologique chrétien pour une pastorale en monde musulman ». Plusieurs personnes ont par ailleurs été invitées à témoigner de leur expérience sur « la conversion de groupes » ou l’accueil « des musulmans qui s’adressent aux services de catéchèse ».

Des « expériences d’évangélisation » ont aussi été présentées par la Mission Angelus (nouvelle structure issue du rapprochement entre Mère-Qabel et un petit groupe engagé dans « l’évangélisation des musulmans »), ou par le P. Gilles Sanders, responsable à Lyon de l’aumônerie franco-chinoise.

Enfin, deux conférences ont insisté sur les différences entre foi chrétienne et foi musulmane. L’une a été donnée par le P. Pierre-Marie Soubeyrand, ancien père blanc désormais membre de la Communauté des Béatitudes (1) ; l’autre, par la journaliste Annie Laurent, présidente du conseil de surveillance de l’association Clarifier – fondée en 2009 par « plusieurs personnes amies, connaissant l’islam, observant à la fois sa croissance en France, et l’ignorance de beaucoup de responsables des conséquences que son développement peut générer ».

Quelles réactions ?

Les organisateurs avaient fait une large publicité et convié par courriel un certain nombre de musulmans, suscitant de leur part l’étonnement, sinon la colère. « Qu’aurait-on dit si une association musulmane avait organisé un forum pour former des musulmans à l’annonce du Coran aux chrétiens ? », s’insurge Azzedine Gaci, recteur de la mosquée Othmane à Villeurbanne. Contacté par eux, le Progrès de Lyon a consacré deux pages à l’événement dans son édition du 4 mars. « On a l’impression de revenir au temps des croisades », proteste le recteur de la Grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane.

De son côté, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, n’a pas réagi. « Partager notre foi n’a rien de scandaleux, et il nous faut savoir accueillir les catéchumènes venus de l’islam ou d’ailleurs », relève de son côté le P. Christian Delorme, délégué épiscopal au dialogue interreligieux. « Mais on ne peut fonder un projet pastoral sur le dénigrement de l’islam ». Selon lui, une partie des intervenants « se manifestent depuis longtemps comme des adversaires résolus du dialogue islamo-chrétien tel que nous le vivons dans notre métropole de Lyon ».

« Nos invités viennent de tous horizons et sont libres de leurs propos, répond le responsable lyonnais de Mission Angélus. Si certaines choses sont dites, c’est en leur nom propre. Notre souhait est de parler des sujets qui mettent mal à l’aise, non pour dénigrer mais pour avancer ensemble ».

Quel est le contexte dans lequel intervient cette polémique 

Sur Internet, dans des livres ou lors de conférences, un petit nombre de théologiens ou de fidèles catholiques développent l’idée d’une opposition irrémédiable entre islam et christianisme ; l’idée aussi qu’il « n’existe pas d’islam modéré », ou encore que l’islam se résume à une sorte d’hérésie chrétienne. Dans leur perspective, le dialogue n’est donc utile que pour convaincre les musulmans de la fausseté de leur religion et les amener à la foi chrétienne, au risque, sinon, de se voir taxer de « naïveté » ou d’« angélisme ».

Même si leur nombre est réduit, ils rencontrent un écho grandissant dans certaines franges de l’Église catholique, alarmées sans doute par la présence de plus en plus visible de l’islam en France, par le sort tragique réservé aux chrétiens dans le monde arabe et musulman en général, et par la montée de la violence islamiste.

Ces intervenants sont également ceux qu’a choisis Mgr Pascal Rolland, évêque de Belley-Ars, pour animer une formation dans son diocèse, intitulée « Apprendre à connaître l’islam » et qui s’est déroulée entre octobre et décembre. Le diocèse de Nanterre a choisi, lui, de faire appel à Mission Angélus pour une formation en quatre soirées de février à mai, à Fontenay-aux-Roses, afin d’« entrer en dialogue avec les musulmans, répondre à leurs questions, annoncer l’Évangile ».

Le P. Delorme s’interroge sur la méthode proposée. « Si je ne respecte pas l’autre dans son histoire, dans ses solidarités, dans son patrimoine de foi ; si je m’inscris dans un rapport de force : vérité chrétienne contre doctrine musulmane (ou l’inverse : vérité musulmane contre doctrine chrétienne), où tout cela peut-il conduire, sinon à des spirales de violence, à la destruction du vivre ensemble dans nos quartiers ? »

Continue Reading
You may also like...

More in France

To Top