Connect with us

Trump et Poutine veulent redessiner l’Europe

Monde

Trump et Poutine veulent redessiner l’Europe

Moins de trois semaines après l’investiture du nouveau président américain Donald Trump, les relations entre l’UE, les États-Unis et la Russie semblent entrer dans une nouvelle ère.

Moins de trois semaines après l’investiture du nouveau président américain Donald Trump, les relations entre l’UE, les États-Unis et la Russie semblent entrer dans une nouvelle ère. « Donald Trump et Vladimir Poutine veulent redessiner la carte de l’Europe à leur guise », prévient Jean-Pierre Raffarin dans The Independent. »

Lors du sommet de Malte vendredi dernier, Donald Tusk s’était déjà inquiété de la montée de l’euroscepticisme.

« Des menaces inédites »
« Les défis auxquels l’UE est actuellement confrontée sont les plus dangereux depuis la signature du Traité de Rome il y a 60 ans. Aujourd’hui, nous devons gérer des menaces inédites, en tout cas, qui n’avaient jamais été d’une telle importance. Une Chine qui s’affirme de plus en plus, la politique agressive de la Russie à l’égard de l’Ukraine et de ses voisins, les guerres, le terrorisme et l’anarchie au Moyen-Orient et en Afrique, avec l’islam radical jouant un rôle destructeur, de même que les déclarations inquiétantes de la nouvelle administration américaine font que notre avenir apparaît hautement incertain », avait déclaré Donald Tusk, le président du Conseil de l’UE.

Il avait ajouté: « Il faut souligner de la façon la plus claire qui soit que la désintégration de l’Union Européenne ne mènera pas à la restauration d’une souveraineté totale, mythique de ses Etats-membres, mais à leur dépendance réelle et factuelle aux grandes superpuissances : les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Ce n’est qu’ensemble que nous pourront être totalement indépendants ».

« Trump pense comme un chef d’entreprise »
Dans le journal économique français Les Echos, l’éditorialiste Eric Le Boucher lui donne raison. Il souligne que l’Occident a besoin de toute urgence de développer des ressources pour rivaliser avec les États-Unis.

« Donald Trump est le premier président à ne pas raisonner comme un chef d’Etat, il pense comme le chef d’entreprise qu’il était et qu’il reste. Dans son America First, tous les autres pays sont des concurrents qu’il convient de battre, à commencer par les deux plus gros, la Chine et l’Europe. Aux ennemis extérieurs s’ajoute la foule des ennemis intérieurs qui geignent des efforts et nous parlent d’une mauvaise Europe puisqu’elle impose trop de normes sur les fromages. Trump, Xi et Poutine rient beaucoup de nous voir sortir de l’Histoire. »

« Il faut rester ensemble »
Dans The Independent, Jean-Pierre Raffarin (ancien Premier ministre de la France de 2002 à 2005) a également tiré la sonnette d’alarme.

« Donald Trump et Vladimir Poutine veulent redessiner la carte de l’Europe à leur guise », prévient Jean-Pierre Raffarin. « Avec le Brexit, Mr Trump essaye de prendre l’Europe en otage. La rencontre entre Mme May et Mr Trump est quelque chose qui nous blesse. La difficulté avec Mr Trump est qu’il est quelqu’un d’imprévisible. Nous devons suivre de près ce qu’il compte faire. Les États-Unis veulent mener des affaires bilatérales avec leurs amis. Mais nous n’acceptons pas cette approche. Nous sommes unis dans l’Union Européenne et il faut rester ensemble. La France et l’Allemagne sont unis. Nous, et d’autres gouvernements, voulons écouter l’opinion publique. Nous ne pensons pas que les Européens veulent assister à la déconstruction de l’Europe. »

 

Alexandre Litvinenko, un ressortissant russe, est décédé à Londres en 2006 des suites d’un empoisonnement au polonium, une substance hautement radioactive. Le 21 janvier dernier, une enquête judiciaire britannique a désigné Vladimir Poutine, le président russe, comme le «probable» commanditaire de l’assassinat.

L’enquête revient entre autre en détail sur la journée du 1er novembre 2006. Alexandre Litvinenko, un ancien agent du KGB, est invité à rejoindre deux hommes dans un bar de l’Hôtel Millennium à Londres. Quelques heures après avoir ingéré un thé, Litvinenko commence à ressentir de profonds malaises. Il meurt 23 jours plus tard après une longue agonie.

Enquête sur la mort de Litvinenko :

More in Monde

Les plus lus

En France

Culture

Sports

People & Buzz

To Top