Connect with us

De plus en plus de femmes ont recours à la chirurgie de leur sexe

labioplasties
labioplasties

La vie

De plus en plus de femmes ont recours à la chirurgie de leur sexe

Encore limités il y a peu, les traitements esthétiques des parties intimes connaissent un engouement croissant, qui pose des questions sur la perception de la « normalité » et comporte des risques médicaux.

« Si vous m’en aviez parlé dans les années 1980, je vous aurais traité de fou », a reconnu Renato Saltz, chirurgien esthétique près de Salt Lake City (États-Unis) et président de la Société internationale de chirurgie esthétique (ISAPS), interrogé par l’AFP. En 2015, plus de 95.000 labioplasties (chirurgie et/ou injections au niveau des lèvres) et plus de 50.000 vaginoplasties ont été pratiquées dans le monde, selon la Société internationale de chirurgie esthétique (ISAPS).

La demande la plus fréquente est de réduire la taille des petites lèvres

Quasi inexistantes il y a encore cinq ans, elles figurent désormais aux 19e et 22e rang des opérations les plus pratiquées. Cette intervention consiste le plus souvent à réduire la taille des petites lèvres par laser (on parle alors aussi de nymphoplastie). « Les femmes se soucient désormais beaucoup plus de l’apparence de leur sexe », a observé Nolan Karp, chirurgien à New York et membre du conseil d’administration de l’American Society for Aesthetic Plastic Surgery (ASAPS), y voyant l’effet d’internet.

Mais si l’on considère comme « normal » un sexe où les petites lèvres ne « débordent » pas des grandes lèvres, alors seulement 20% répond à ce critère, reconnaît Nicolas Berreni, gynécologue-obstétricien à Perpignan, lors du congrès de médecine esthétique IMCAS à Paris.

Les risques: douleurs, saignements, infections

Cette quête de l’anatomie « parfaite » est « préoccupante », juge Dorothy Show, ancienne présidente de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC). Elle s’inquiète du recours à cette pratique chez des adolescentes, dont le développement physique n’est pas terminé. L’opération n’est pas sans risques : douleurs chroniques, saignements, infections. « Lors de la cicatrisation, il y a un risque que des terminaisons nerveuses se trouvent prises dans le tissu cicatriciel, ce qui provoquera des douleurs », souligne le Dr Shaw.

Continue Reading
You may also like...
Comments

More in La vie

Les plus lus

En France

Culture

Sports

People & Buzz

To Top